Le diaporama photo utilise Flash Player. Cliquez ici pour l'installerGet Adobe Flash player




DIAPORAMA

Cliquez sur la touche de droite pour voir les photos en plein écran

Récit et photos de randonnée:
Le grand blanc

2ème jour : Refuge du Chardonnet-Refuge de Ricou

1000m de montée et 1100 de descente

Malheureusement, la météo était juste. Les tables, sur la terrasse sont recouvertes d’une dizaine de cm de fraîche et c’est la purée de pois. Tout en prenant notre petit déj, Michel et Bernard échangent sur le programme de la journée. Ils décident de partir comme prévu en direction de la crête de la Casse Blanche et nous aviserons là haut en fonction de l’évolution des conditions météo. Chacun s’équipe, en silence pour affronter cette nouvelle journée qui n’est pas très engageante, il faut bien l’avouer. Goretex, masque et gants remplacent les lunettes de soleil. Les appareils photos sont très vite rangés dans les sacs. De toute façon, il n’y a rien à prendre en photo car tout est blanc et on ne voit rien…

Après un long plat montant les choses sérieuses commencent. La pente devient de plus en plus raide, les couteaux deviennent indispensables, les conversions deviennent plus acrobatiques… chacun suit sa «route» sans trop se poser de questions. Nous arrivons enfin sur la crête de la Casse Blanche qui culmine à 2914m. Le temps est toujours aussi bouché, il neige de plus en plus. Michel et Bernard décident de faire demi tour. Cela est beaucoup plus raisonnable, car le début de la descente de l’autre côté est étroit et raide d’après les dires de Michel. C’est très vite, que nous retirons les peaux et rechaussons les skis pour la descente.

Là haut, je ne suis pas fière du tout car je sais ce qui nous attend, le début est très raide, on n’y voit rien et il y a une bonne couche de poudreuse. Après la panique et le blocage dans la pente, je n’ai pas d’autre choix que de descendre. Les conversions me sont d’une grande utilité dans ces moments là. Les autres, qui ont pris leur pied dans la poudre, m’encouragent et me donnent des conseils. Une fois la partie raide passée, je me détends un peu et la descente se fait plus tranquillement jusqu’à atteindre le refuge que nous apercevrons au dernier moment, contrairement à la veille. La couche de neige a doublé depuis notre départ ce matin. Nous nous restaurons au chaud, nous l’avons bien mérité. Les émotions, ça creuse…

Il faut se résigner à quitter notre cocon, remettre les vêtements mouillés pour rallier notre objectif du jour : le refuge Ricou. Nous descendons en forêt, la neige est de plus en plus lourde et les skis se bloquent très souvent, quelle galère... Nous rejoignons le hameau de Fontcouverte à 1850m avant de remonter les 300m qui nous séparent du refuge de Ricou. Le temps est toujours aussi moche, la neige n’a pas cessé depuis le matin . Nous sommes heureux d’arriver au refuge pour nous réchauffer. Un thé de bienvenue nous y attend, nous le buvons avec grand plaisir. La météo n’est toujours pas très optimiste pour demain...une vingtaine de cm est attendue dans la nuit. Une chose est certaine, nous ne ferons pas le Rocher de la Grande Tempête comme prévu car il est tombé une trop grande couche de neige non stabilisée. La nuit porte conseil, nous aviserons demain.


3ème jour : Refuge de Ricou- Refuge des Drayères

200m de descente et 200 de montée

Au lever, jour blanc, nous ne voyons pas à 10m, il neige encore et toujours…Nous allons rejoindre le refuge des Drayères directement, il est hors de question de faire des fantaisies aujourd’hui. C’est, bien emmitouflés, que nous nous décidons à quitter le refuge bien chauffé pour affronter les conditions du jour. La trace est dure à faire, à chaque pas, il faut relever le ski. Le rythme est donc lent au départ, ce qui me permet de faire des photos. Le paysage est magnifique, les arbres se courbent sous le poids de la neige. Il y a une sorte de flou artistique et je me régale. Il faut se consoler comme on peut. Le rocher de la Grande Tempête sera toujours là l’an prochain…

La neige s’arrête de tomber mais le temps reste gris jusqu’en fin de soirée. Nous arrivons au refuge en fin de mâtinée, la journée aura été courte. Nous prenons donc une bonne omelette au refuge pour nous requinquer. L’après midi s’écoule tranquillement, un peu de repos pour certains pendant que les autres bouquinent ou discutent. En fin d’après midi, le ciel se dégage, nous profitons même d’un beau coucher de soleil. Cela augure-t’il d'une bonne journée pour demain? La météo prévoit en effet un rétablissement pour les jours à venir.

Auteur : Patrick Willemain