Agrandir le DIAPORAMA

Récit et photos de voyage aux Seychelles:
Les îles de Praslin, Cousin et Curieuse

Après un voyage un peu long et ponctué de fortes turbulences: décollage de Roissy à bord d’un Airbus A320 de la compagnie Etihad à 11h pour Abu Dhabi, escale de 6h et enfin Victoria, capitale des Seychelles sur l’île de Mahé que nous atteindrons vers 7h30 le lendemain. Heureusement, le décalage horaire n’est que de 2h.

Samedi 16 mai

Mahé, Victoria, Plage de Beauvallon, Parc marin de Ste Anne

La température Seychelles Praslin est déjà de 28° avec une très forte humidité. Un bus de l’agence «Creole travel services» nous conduit à l’hôtel Coral Strand situé au bord de la grande plage de Beauvallon. Nous y ferons une courte escale: petit déjeuner, une toilette rapide dans 3 chambres mises à notre disposition, un plouf dans l’eau à 30° pendant qu’une grosse averse s’abat sur nous, le change de roupies seychelloises (1€=14,45 RS) avant de prendre le repas vers 12h. Lors du repas, Christelle et Philippe, que nous avons connus en Tanzanie, proposent de réserver une plongée sous-marine pour samedi matin à notre retour sur Mahé. Après discussion, ils nous convainquent que les Seychelles sont le lieu idéal pour «faire le grand plongeon»!!! Nous décidons donc, ainsi que Claudiu et Raluka, de nous inscrire pour un baptême de plongée. Ensuite destination la marina pour prendre possession de nos 2 catamarans, Iris et Bacchus. Nous serons 12 par bateau, plus un capitaine et un cuisinier. A bord d’Iris, Mervin, notre capitaine et Rodney, notre cuisinier, nous souhaitent la bienvenue. Après l’installation dans nos cabines et le débriefing sur la sécurité à bord, Mervin nous donne le circuit prévu qui est adapté en fonction des conditions de vent.

Seychelles Praslin

Vers 16h, nous levons l’ancre vers le Parc national marin de Ste Anne, situé à seulement 4km de Victoria. Il comprend 6 petites îles presque désertes couvertes d’une végétation épaisse; la plus grande, Cerf, fut la première à être colonisée par les français vers 1750 avant qu’ils ne partent sur Mahé. Elle porte le nom du navire dont le capitaine avait revendiqué les Seychelles au nom de la France. Plus de 150 espèces peuplent les fonds de ce Parc national marin. Malheureusement les fonds sont troubles à cause de la pluie tombée ce matin et cette première plongée est décevante. Vers 18h, nous profitons du soleil qui joue à cache-cache avec les nuages. Après le bon repas servi par Rodney: une salade, un plat de poisson, un de viande, des légumes et un dessert, nous descendons dans la cabine, mais il fait très chaud. Je décide de dormir sur le pont pour avoir, si ce n’est une fraîcheur toute relative, au moins un peu d’air.


Dimanche 17 mai

Praslin, Anse Lazio, Anse Georgette

Seychelles Praslin

Au réveil, la température avoisine déjà les 28°. Après un p’tit déj avec fruits frais, omelette, pain grillé, thé, café, jus de fruit,… nous levons l’ancre vers 9h en direction de l’île de Praslin, située à 45km au nord-est de Mahé. Nous avons environ 4h de navigation à la voile. Nous dépassons l’île «les 2 mamelles» à la forme très évocatrice puis «Cousin», l’île aux Oiseaux que nous visiterons mardi. Nous longeons les criques de «petite anse Kerlan» et «Anse Georgette», la plus belle plage du monde d’après les guides touristiques.

Nous allons Praslin Lazio mouiller à anse Lazio au nord est de l’île. Nous avons juste le temps de nous équiper: palme, masque et tuba, et plouf, c’est parti pour une séance de snorkeling avant le repas. «Tenez-vous bien les poissons, nous arrivons». Quel plaisir de nager dans une eau chaude au milieu de poissons multicolores que nous apprendrons à connaître et reconnaître au fur et à mesure des plongées, grâce aux plongeurs chevronnés et au guide d’identification de la vie sous-marine de l’océan indien, à disposition sur le bateau. De retour à bord, c’est la cacophonie: «Tu as vu les chirurgiens, les perroquets, le poisson-coffre,…» Jing et Jia, 2 jeunes collègues chinoises Praslin Lazio n’ont pas osé s’aventurer trop loin du bateau ce matin. Christelle leur propose de les accompagner dans l’après-midi afin de leur apprendre et de les mettre en confiance.

Après le repas, Mervin nous dépose sur la plage. Sylvie, Claude, Christelle, Jing et Jia profiteront des fonds sous marin tandis que nous 7, malgré une chaleur étouffante, essaierons de rejoindre l’anse Georgette située à 2km. Une fois le sentier repéré, nous voilà partis pour une petite grimpette. Nous suivons un créole avec sa petite fille sur les épaules. Heureusement qu’il était là, car nous n’aurions pas vu le petit sentier sur la droite, a priori peu fréquenté, au profil en «montagne russe», tantôt découvert, tantôt ombragé qui domine la mer et se termine par une descente abrupte sur la plage de l’anse Georgette. Sur notre gauche, nous découvrons la superbe pelouse du golf de l’hôtel de luxe «Lémuria Resort». Ce dernier annexe 3 superbes plages, dont la prodigieuse anse Georgette. Cette anse en arc de cercle, a un sable blanc, au grain si fin qu’il semble être une poudre, et une eau d’une teinte vert pâle. Les vagues déferlent sur la plage tandis que quelques touristes prennent le soleil. Il est déjà 16h30. Un plouf rapide pour aller voir les poissons le long des rochers et nous devons repartir pour ne pas être pris par la nuit, car il nous faut environ 1h30 pour le retour. A la bifurcation pour reprendre le petit sentier, nous rencontrons un local qui nous invite à le suivre. Il nous dit que c’est plus facile et plus rapide en passant par le golf… comme on part dans la direction opposée à notre destination, on se pose bien quelques questions, mais faisons confiance à notre guide improvisé! Seychelles Praslin Après avoir traversé le golf et franchi les grilles du complexe hôtelier, nous remontons par les terres jusqu’à la piste quittée à l’aller pour le petit sentier.

Sympa d’avoir pu faire une boucle. Nous remercions notre guide en lui donnant un pourboire et arrivons à Anse Lazio juste avant la tombée de la nuit. Mervin commençait à s’inquiéter. On reprend l’annexe pour rejoindre le catamaran. Chacun est content de son après-midi. D’après Christelle, Jing et Jia sont devenues des pros de PMT (Palmes, Masque, Tuba). Après le repas, plusieurs d’entre nous tentent la nuit sur le pont. Celle-ci est vite interrompue par de gros coups de vent suivis d’une belle averse!




Lundi 18 mai

Anse Volbert, Anse Takamaka, Anse Boudin, Anse Lazio, îlot St Pierre

Au lever, Praslin Volbert les nuages ont disparu. Nous faisons une courte navigation jusqu’à Anse Volbert située au sud-est de l’île. Bien qu’étant la zone la plus touristique de l’île, elle n’a rien d’une station balnéaire aux constructions anarchiques. Tout reste à échelle humaine. Pendant que l’ensemble du groupe part pour la vallée de Mai, forêt tropicale classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO qui doit sa réputation aux cocotiers de mer qui produisent d’énormes noix de coco aux formes féminines érotiques, appelées les «coco-fesses», nous louons des vélos afin de rejoindre Anse Lazio par la route côtière. La plage d’Anse Volbert forme un magnifique arc de cercle de 2km ourlé d’une belle plage de sable blanc. Après quelques photos sur la plage, nous prenons donc la route côtière vers le nord. Cette route rejoint la discrète Anse Possession à l’Ouest puis l’Anse Takamaka, accaparée par un hôtel de luxe avant de rejoindre l’Anse Boudin. Ce parcours en corniche est très pittoresque, le long de criques égayées de rochers et ombragées, avec l’île de Curieuse en arrière-plan. Nous faisons de nombreux arrêts photo.

Praslin Volbert

D’Anse Boudin, la route côtière effectue une montée abrupte qui nous contraint à descendre de vélo puis plonge vers la côte, découvrant un panorama fantastique, la paradisiaque Anse Lazio. La bande de sable ressemble à de la poudre blanche bordée d’une frondaison de takamakas et de cocotiers qui dispensent une ombre bienfaitrice et l’eau est naturellement turquoise. A chaque extrémité de la plage, de gros rochers granitiques, les glacis, renforcent la photogénie du site. Nous n’avons malheureusement qu’une vingtaine de minutes devant nous, car nous avons RV à 13h à Anse Volbert d’où nous sommes partis. Pendant que Patrick cherche le bon angle et la bonne lumière au milieu des rochers, je fais un plouf pour me rafraîchir un peu, façon de parler dans cette eau à 30°C. C’est reparti en sens inverse: belle grimpette sous un soleil de plomb, on dégouline… puis belle descente avant de revenir à un terrain juste vallonné. Dans notre élan, nous ratons la bifurcation d’Anse Volbert et allons jusqu’à la suivante: Anse La Blague. Non, non, ce n’est pas une blague!!! Nous arrivons finalement vers 13h10. Mervin nous attend sur la plage; un saut de puce avec l’annexe pour rejoindre le catamaran et nous voilà partis, direction l’îlot Saint Pierre qui fait partie des îles de la baie de la Côte d’Or de Praslin.

Nous posons Praslin Volbertl’ancre et mangeons face à ce minuscule îlot Saint Pierre aux proportions parfaites, devenu une image iconique de l’archipel des Seychelles. Ce joyau si photogénique est composé de blocs de granit burinés par l’érosion, coiffé d’un bouquet de cocotiers et baigné d’une eau turquoise. Les fonds marins qui entourent l'îlot Saint Pierre sont réputés pour le snorkeling. Nous verrons cela après le repas. De nombreuses petites embarcations amènent les touristes pour observer les fonds. Les poissons rivalisent de couleur: un chirurgien palette à notre droite, une licorne à épines orange à notre gauche, des chromis à deux couleurs, des perroquets bicolores, des chirurgiens zébrés,… Au retour, de nouvelles rencontres avec des poissons-ange, des orphies, poissons-flûte, des fusiliers à dos jaune et bleu. De retour sur le bateau, un Seychellois arrive en nageant avec une superbe tortue imbriquée. Je la photographie sous toutes les coutures. Patrick repart avec elle, hypnotisé par cette dernière; il se fait même pincer le doigt à force de plonger autour d’elle. Le soir, nous allons mouiller devant Anse Possession.


Mardi 19 mai

île Cousin, île de Curieuse

Après Seychelles ile Cousin une bonne nuit passée sur le pont, il fait déjà bien chaud. Les platax, au pied du bateau guettent les restes éventuels. Ce matin, nous levons l’ancre en direction de l’île Cousin, gros caillou de 800m de long sur 300m de large qui est devenu un sanctuaire ornithologique entièrement dédié à la conservation. Seychelles ile Cousin Cette réserve spéciale est un modèle en matière d’écotourisme. C’est l’un des plus importants lieux de ponte pour les tortues marines qui viennent déposer leurs œufs entre octobre et avril.

L’avifaune est exceptionnelle avec environ 300.000 oiseaux et 5 espèces endémiques dont la très rare pie chanteuse, la fauvette des Seychelles, le Foudi de Madagascar, le pigeon bleu, des pailles-en-queue, des sternes, des noddis, des puffins, des frégates,… l’île compte aussi des tortues terrestres géantes et de nombreux geckos. Pour atteindre l’île Cousin, nous avons 1h de navigation et nous longeons à nouveau, Anse Lazio, Anse Georgette,… nous traversons de nombreux bancs de poissons. Vers 9h30, nous arrivons au pied d’une grande bande de sable blanc qui brille au soleil sur laquelle viennent s’échouer de beaux rouleaux d’un vert très pâle. Les catamarans arrivent tous en même temps et mouillent au large pour éviter l’introduction accidentelle d’un prédateur. Ensuite, le personnel de l’île vient chercher les touristes à bord de petits bateaux à moteur. Les groupes se forment en fonction de la langue et la visite durera 1h30 sur un parcours plat et ombragé. Mais, gare aux moustiques qui attendent la chair fraîche… chacun s’enduit donc du produit miraculeux «5 sur 5» et c’est parti. Seychelles ile CousinEn chemin, nous croisons George, une imposante tortue terrestre, la doyenne qui aurait plus de 150 ans et qui aime qu’on lui caresse le cou. Puis, de nombreux pailles-en-queue nichent, à même le sol dans le creux des arbres sans s’effaroucher des touristes qui les prennent en photo.

Certains petits sont déjà nés, de véritables petites boules de duvet blanc et noir, qui restent dans le nid avec leur mère. Puis, nous voilà face à la Pie noire, espèce endémique et très rare. Elle est beaucoup plus petite que la pie que nous connaissons. En levant la tête, nous apercevons des noddis, des Foudis. De nombreux lézards verts et gecko de bronze grimpent à l’assaut des arbres. Il est maintenant temps de quitter cet attachant territoire où l’homme fait figure d’intrus, tant l’oiseau y règne en maître en ce royaume de plumes. De retour sur le catamaran, nous levons l’ancre pour l’île de Curieuse située à 1,5km de la côte nord-ouest de Praslin. Toutes les splendeurs de la nature seychelloise sont réunies sur cette île: mangrove, palétuviers, plages, sculptures granitiques et près de 250 tortues terrestres géantes et cocos de mer. Curieuse fut baptisée du nom de la goélette qui prit possession de Praslin en 1768.

Nous photographions Seychelles ile Curieusecette plage magnifique de la baie Laraie, où sont posés de nombreux blocs granitiques au teint rosé et aux formes multiples, tels des animaux échoués sur le sable. Nous traversons la cocoteraie où vivent de nombreuses tortues terrestres. Les gardiens surveillent la ponte des femelles, protègent les œufs et nourrissent les bébés tortues avant de les relâcher au bout de quelques années. Nous empruntons ensuite le sentier aménagé sur pilotis qui traverse une mangrove peuplée de palétuviers et nous arrivons à Anse José. Nos catamarans ont fait le tour de la baie pour nous rejoindre. Nous repartons mouiller de l’autre côté de la baie qui est plus abritée. Mervin nous emmène en annexe au pied des rochers pour une séance de snorkeling. Nous voilà de nouveau parmi la palette de poissons plus colorés les uns que les autres: de nombreux Sergent-major à queue en ciseaux, un papillon cocher, de nombreux papillons à dos noir, un gaterin oriental avec son pyjama rayé, un baliste titan,… à nouveau une danse avec une tortue de mer. Que du bonheur jusqu’au moment où il faut rejoindre le bateau avant la nuit et là, mauvaise rencontre, des méduses microscopiques urticantes. Nous rentrons les uns après les autres en nous plaignant de légères brûlures et piqûres qui, heureusement, ne dureront pas. Après avoir vidé notre saladier de punch, eh oui, même Jing et Jia s’y mettent… «on avait la salade de cristophines, les boulettes de bœuf avec le riz, le vivano, l’assiette de légumes» et une bonne crème caramel pour terminer. Puis, chacun rentre dans ses «appartements»: les uns dans les cabines, les autres dans le carré et les derniers dont je fais partie, investissent le pont où il fait plus frais.

Auteurs : Patrick et Corine Willemain