Agrandir le DIAPORAMA

Récit et photos de voyage à Madagascar
Tulear et Anakao

Mercredi 30 juillet

Tulear, plage et village d'Anako

Mika nous dépose à l’embarcadère pour prendre le bateau pour le village d'Anakao, uniquement accessible par la mer. C'est un village de pêcheurs vezos de la commune d'Ambolofoty. Mika quant à lui remonte sur Tananarive par la RN7 en 2 jours. Nous montons Madagascar - Tulear dans des charrettes tirées par des zébus pour embarquer à bord de petits bateaux à moteur. Une heure de navigation bien ventée avec une mer un peu formée et nous débarquons sur la plage d’Anakao où deux jours de vacances balnéaires nous attendent. Madagascar - TulearNous nous installons dans des bungalows de l’hôtel Princesse Anakao situés sur la plage face à l’océan. À l’arrivée, de nombreux enfants, Stéphano, Jessico, Antonio, Prisca, Erika, et bien d'autres… nous proposent, pour les garçons des pirogues en bois et pour les filles des séances de massage. Nous sommes dans un lieu touristique, ce n'est plus les petits vendeurs du pays betsileo et il est bien difficile de s’en défaire… puis Stéphane nous propose de la langouste à 15.000Ar/pers. Nous sommes OK; il part en courant au village pour la préparation et en 30mn nous rejoignons le centre du village en longeant tranquillement la plage. Clovis loue sa cabane aux pêcheurs afin qu'il puissent cuisiner.

Madagascar - Tulear

C'est là qu'ils nous reçoivent et nous nous régalons de langoustes grillées, pêchées du jour et servies copieusement. On nous propose de la bière et de l’ananas pour le dessert, mais bêtement, nous ne demandons pas le prix et, au moment de payer l’addition, le prix par personne est passé de 15.000 à 30.000Ar. Nous râlons, mais finissons par payer. Cela nous servira de leçon; nous ne sommes plus dans les petits villages où la confiance et l'honnêteté sont de mises. Fetra est ennuyé, car cela ternit l’image de ce village. Pendant le repas, une femme assez âgée avec un lémur cata apprivoisé, et une jeune prénommée Sandra nous proposent des massages. Olivier et moi sommes partants pour le lendemain. Par ailleurs, Fetra négocie pour nous une sortie en pirogue à balancier sur l’îlot de Nosy Ve, avec un repas de langouste sur la plage. Pour l’après-midi, il nous propose une sortie en charrette à zébu dans le village et vers la forêt de baobabs. En route, nous faisons un arrêt au pied d’un énorme banian puis allons vers la forêt de baobabs qui se résume à un seul baobab, certes gros… De retour vers l’hôtel, les zébus s’arrêtent dans une côte très sablonneuse refusant d’aller plus loin; nous terminons le chemin à pied. Nous prenons un bain en attendant le coucher de soleil, mais les nombreux enfants reviennent à la charge en nous cassant les pieds.


Jeudi 31 juillet

l'île de Nosy Ve

En allant Madagascar - Tulearprendre quelques photos au lever du soleil, je vois notre embarcation arriver. Vers 8h30, parés de notre gilet de sauvetage, c’est parti pour 30 mn de navigation à bord de cette pirogue traditionnelle à balancier de l’ethnie Vezo, ethnie de pêcheurs. Ces derniers passent leur journée sur leur embarcation à pêcher langoustes, cigales et autres poissons. Nosy Ve est une île sacrée pour les pêcheurs et il y a quelques «fadis», tabous ou interdits, à respecter. De même les pêcheurs font des offrandes, tels des poulets qui ont ainsi recouvré leur liberté. Il y a également de nombreux oiseaux endémiques. Tandis que certains vont se baigner, Christine et moi partons faire le tour de l’île par la plage; il nous faudra environ une heure.

Madagascar - Tulear

L’eau est turquoise translucide, un vrai lagon avec quelques pirogues qui accostent, des vazahas, mais également des familles malagasys. Quelques brasses pour se rafraîchir avant de manger, cela fait du bien. Finalement, nous mangeons des cigales de mer qui ont un goût encore plus fin que les langoustes, ainsi que de petits rougets, le tout accompagnés de riz à la tomate et de patates douces, un véritable régal. Et tout cela face au lagon… l’après-midi, c’est farniente et trempette, car c'est marée basse. Nous attendons que la mer remonte pour remettre les pirogues à l’eau et regagner ainsi Anakao.

À notre Madagascar - Tuleararrivée, la femme au lémur ainsi que la jeune Sandra nous attendent pour le massage. C’est parti pour une petite heure de détente bien agréable. Il n’y a pas de mal à se faire du bien !!! et mes 10.000Ar iront aider une famille. Ensuite je retourne au centre du village pour photographier les pirogues sur le sable au moment du coucher de soleil. En chemin, je croise, Stéphano et Jessico qui pensent que je vais leur acheter leur pirogue en bois, car j’avais dit «oui» le jour de l’arrivée pour me débarrasser d’eux. C’est le drame, l’un d’eux se met même à pleurer, quand il s’aperçoit que je ne vais rien acheter. Pas facile de faire plaisir à tout le monde...


Vendredi 1er août

Retour à Tulear, Arboretum d’Antsokay, retour à Tananarive

Madagascar - Tulear

Départ vers 8h à bord du bateau pour rejoindre Tuléar. Le ciel est légèrement couvert. Tout d’un coup, le pilote nous fait signe qu’il y a une baleine; nous avons juste le temps de voir une masse énorme surgir de l’eau. Initialement nous devions prendre l’avion pour Tana vers 14h; hier, Fetra a appris que c’était finalement vers 18h et ce matin, en passant à l’agence «Air Madagascar» à Tuléar, ce sera 22h05… nous faisons un tour rapide du marché artisanal où certains d’entre nous étaient déjà passés il y a deux jours puis nous allons sur le marché local où sont étalés de très beaux fruits et légumes, des plantes médicinales, des vêtements, des cocottes d’Ambatolampy,… nous allons ensuite dans un magasin de pierres précieuses où Christine se fait plaisir pour ses 50 ans à venir. Les miens sont passés, mais je craque également!

Comme nous Madagascar - Tulear avons finalement du temps, nous allons visiter l’Arboretum d’Antsokay à une dizaine de km de Tuléar. Il a été créé vers 1980 à l’initiative d’un botaniste amateur suisse Hermann Petignat. La collection de plantes de l’Arboretum d’Antsokay est composée principalement d’espèces dominées par les familles Euphorbiaceae et Didiereaceae. Plus de 900 espèces y sont conservées dont 90% sont endémiques à la région du sud-ouest de Madagascar et 80% ont des vertus médicinales. Nous pouvons également voir des baobabs. L’une des principales missions de l’Arboretum réside ainsi dans l’information et la sensibilisation du public à la nature et au respect de l’environnement. De retour à Tuléar en fin d’après midi, nous assistons à l'ouverture d’un festival de musiques et danses traditionnelles de différentes ethnies. Nous sommes invités à danser. Patrick et Olivier sont acclamés par la foule! Après le repas, nous nous rendons à l’aéroport, mais nous ne prendrons l’avion que vers minuit… Mika nous attend à l’aéroport de Tananarive pour nous conduire dans un superbe hôtel non loin du centre.


Samedi 2 août

Cité sacrée d’Ambohimanga, Tananarive marché de la digue

Madagascar - Tulear

Départ vers 9h pour la cité sacrée d’Ambohimanga à une quarantaine de km de Tana. Avant cela, nous faisons une halte sur l’avenue de l’Indépendance, car nous avons besoin de changer de l’argent. S'en suit une scène digne d'un film policier. Fetra demande les sommes souhaitées par chacun, Mika va à la banque et revient avec un homme, bonnet vissé sur la tête, pas vraiment le profil du banquier, qui monte dans le minibus pour procéder aux transactions en sortant les liasses de billets de sa poche, Mika étant resté à l’extérieur du véhicule. Surprenant…

Madagascar - Tulear

La cité sacrée était clôturée par 7 portes. Quelques marches conduisent à la place des kabary (discours prononcé à haute voix devant un public) plantée de figuiers. À l’intérieur de l’enceinte royale constituée de plusieurs pavillons et d’une fosse à bœufs, la case royale d’Andrianampoinimerina est très sobre. Un madrier de 10m de haut sépare l’unique pièce en 4. Le lit du roi, très haut perché pour prouver de sa supériorité et être plus proche des ancêtres est situé au nord qui est la direction noble. En bas, à l’opposé, le lit pour une de ses 12 femmes. Au centre se trouve le foyer. De vieux ustensiles de cuisine sont rangés au sud, le côté des femmes évidemment… A l’ouest, direction de la mort, boucliers et épées sont accrochés au mur. Ambohimanga était aussi résidence de repos et de villégiature des rois et reines qui succédèrent au grand roi. De là-haut, nous avons une très belle vue sur Tananarive au loin et toutes les cultures en terrasses en contrebas. Ce lieu est très reposant.

Nous prenons Madagascar - Tulear le repas au pied de cette cité, et nous avons droit à une belle représentation de danses folkloriques. Puis, c’est l’heure du retour sur Tananarive où nous allons dépenser nos derniers Ariarys. Arrêt à la boutique "Pili Pili Dock", le spécialiste des épices de Madagascar, très belle boutique, mais un peu cher, avant de poursuivre vers le marché de la digue où nous achetons de la vanille, bâtonnets bien gonflés et très odorants qui n’ont rien à voir avec ce que l’on trouve en France à des prix exorbitants. Ensuite, nous filons vers la ville haute pour assister au coucher de soleil. Une petite heure pour boucler les sacs et c’est parti pour le restaurant «Villa vanillle», tenu par une Française originaire de Nantes, restaurant au cadre chaleureux avec une gastronomie des îles dans une ambiance musicale. Nous retournons à l’hôtel pour y déposer Sylvain et Béthina qui jouent les prolongations pendant une semaine. Ils partiront demain en taxi-brousse 1re classe pour rejoindre Majunga situé au nord-ouest de l’île. Pour nous quatre, le voyage est fini, il est temps de faire nos adieux à Mika, notre chauffeur ainsi qu’à Fetra, notre guide avec qui nous avons réalisé ce superbe voyage.



À tous ceux qui veulent voir des paysages extraordinaires et rencontrer une population accueillante et chaleureuse, Madagascar est la destination qu’il vous faut. Ne vous arrêtez pas à l’insécurité dont parlent les médias. Elle est certainement réelle à Tananarive, comme dans de nombreuses grandes villes du monde, mais dès que vous quittez la capitale, il n’y a aucun problème. Pour être tranquille, passez par une agence qui assurera la logistique de votre voyage ou bien louez un véhicule avec chauffeur, celui-ci saura vous conseiller et vous emmener dans les meilleurs endroits.

Auteur : Patrick et Corine Willemain