Agrandir le DIAPORAMA

Récit et photos de voyage à Madagascar
Randonnées en vallée de Tsaranoro

Vendredi 25 juillet

Descente dans la vallée du Tsaranoro, Tsara Camp

Après une mauvaise nuit très ventée et quelque peu pluvieuse, le ciel est très mitigé. Nous partons pour environ 4h de marche jusqu’au "camp de charme" Tsara camp, au pied de la falaise du Tsaranoro où nous allons passer deux nuits.

Nous traversons Madagascar - Tsaranoro un long plateau où nous pouvons voir des pachypodiums, plantes également appelées «pieds d’éléphant». Cela me fait penser au biniou breton avec cette poche ronde et ces différents bras. Dans la descente, nous assistons à un véritable changement de décor avec les montagnes granitiques et les vallées ocre du Tsaranoro. Le Tsaranoro se distingue par son paysage majestueux dominé par une falaise de 800 mètres de hauteur très prisée des grimpeurs.

Sur notre Madagascar - Tsaranorochemin se trouve de pittoresques villages aux maisons de terre sèche, l’occasion de nouvelles rencontres avec les villageois. Il y a de nombreux manguiers en fleurs. La température est de plus en plus chaude, car nous ne sommes plus qu’à 900m. Nous arrivons vers midi au camp et faisons nos adieux à Fidi et Gaston ainsi qu’à l’équipe de porteurs. Comme souvent ils nous demandent de parler de Madagascar autour de nous, afin de promouvoir cette destination qui malheureusement a une mauvaise image en terme d’insécurité. Après l’apéritif de bienvenue du Tsara camp, nous nous installons dans nos bungalows avant de passer à table. Nous profitons du soleil et de la rivière toute proche pour faire un peu de lessive et nous reposer.

Le soir, nous échangeons sur les différentes possibilités de balades pour le lendemain: il est prévu la forêt sacrée puis, en option le tour du Tsaranoro ou bien le pic Caméléon. Comme le tour du Tsaranoro nécessite des notions d’escalade (descente en rappel sur corde fixe), nous décidons sagement de monter sur le pic Caméléon, qui doit son nom à sa forme de tête de caméléon bien observable lors de notre descente de l'Andringitra. Le pic est à 1540m d’altitude pour une dénivellation de 600m


Samedi 26 juillet

La forêt sacrée, ascension du pic Caméléon, Tsara Camp

Madagascar - Tsaranoro

Nous avons droit à un grand ciel bleu au réveil ce qui fait bien plaisir. C’est à ce moment-là que la lumière est la plus belle sur la grande falaise du Tsaranoro. Le vent s’est bien calmé pendant la nuit. Nous partons avec deux guides locaux. En chemin, nous croisons de nombreux villageois qui vont au marché à environ 2h30 de marche avec des sacs ou paniers sur la tête. Nous traversons des villages, assistons aux activités quotidiennes: pilage du riz, fabrication de nattes, construction de maisons en torchis…

Madagascar - Tsaranoro

On traverse la forêt sacrée du Tsaranoro qui est colonisé par le plus beau et le plus célèbre des lémuriens, le maki catta bien reconnaissable avec sa queue annelée. Fetra et les guides essaient de les repérer sur les rochers au soleil. En effet, ils aiment prendre le soleil du matin lorsqu'il n'est pas encore trop chaud. D’après les guides, il y en a une centaine, souvent regroupés en bande d'une dizaine d'individus. Après une approche discrète, nous en apercevons quelques-uns se prélassant au soleil. Toutefois ils conservent leur distance. Nous continuons ensuite en forêt pendant environ une heure avant de nous diriger vers le Caméléon. Cela monte bien, puis s’en suit un faux plat montant, avant de terminer par une bonne grimpette de quoi transpirer un peu. Nous avons un beau point de vue sur la falaise du Tsaranoro en face de nous. Au sommet, la vue panoramique est grandiose, avec au loin le pic Boby qui nous nargue sous ce soleil radieux.

C'est Madagascar - Tsaranorol'endroit idéal pour le pique-nique et une sieste au soleil. Quand le fond de l'air est un peu moins chaud, nous commençons la descente de l'autre côté du massif. En chemin, nous rencontrons une nouvelle «équipe» de maki catta qui sautent de rochers en rochers pour nous donner un beau spectacle. Enfin, un groupe de jeunes filles nous proposent des colliers qu'elles ont confectionnés à base de graines végétales diverses. Elles nous suivent pendant un bon moment et on se met à discuter. Elles nous disent que nous les avions déjà croisées le matin sans leur prêter attention. Du coup, nous nous sentons obligés de rémunérer leur persévérance! Ce sont des malignes, en tous cas de bonnes vendeuses! De retour au camp vers 15h, nous craquons cette fois-ci pour une bonne bière en nous asseyant confortablement sur les chaises Zafimaniry du salon.

Auteur : Patrick et Corine Willemain