Agrandir le DIAPORAMA

Trek en Islande
Reykjavik, capitale du cercle polaire arctique

L’année 2013 fût l’année des voyages dans l’Europe du Nord, après la Laponie finlandaise en mars, nous nous envolons vers l’Islande le samedi 29 juin, pour un voyage de 15 jours intitulé «Entre glaces et fumerolles» avec l’agence Atalante. Étant donné le printemps et le début de l’été plus que médiocre en France, le choc thermique ne devrait pas être trop brutal. En effet, la température moyenne en été n’excède pas 8° et Reykjavik ne connaît en général qu’une seule journée de ciel vraiment dégagé en juillet. Nous arrivons à l’aéroport international de Keflavik situé à 70km de Reykjavik. Avec 2h de décalage horaire, il est un peu plus de minuit et il fait bien jour. A cette période de l’année, le soleil se couche vers minuit pour se relever 3h plus tard. Un bus nous attend avec 2 autres groupes que nous laisserons dans des hôtels différents de Reykjavik. Nous retrouvons six de nos compagnons de trek: Sophie & Sophie avec qui nous partageons la chambre d’hôtel, Claude & Claude, Maurice et Olivier. Le lendemain, nous faisons connaissance avec Philippe et Fabienne ainsi que Monique. Il ne manque que notre guide...


Dimanche 30 juin

Visite de Reykjavik et randonnée vers la montagne Esja

Il fait grand beau au lever. photo ReykjavikSerait-ce la belle journée de l’été à Reykjavik, espérons-le? Nous avons rendez-vous à 11h15 sur la place de l’Opéra au pied du port. L’hôtel est situé à environ 10 min du centre-ville. Petite ville ou grand village, difficile de définir Reykjavik, capitale la plus septentrionale de la planète. Elle abrite 120 000 habitants sur les 280 000 que compte l’Islande. Nous nous dirigeons vers la mer que nous longeons jusqu’à l’Opéra. De loin, cette construction semble massive et inesthétique, mais en s’approchant on découvre un beau bâtiment fait de miroirs assemblés dans lesquels se reflète la lumière. C’est en fait magnifique et avec le ciel bleu, c’est un pur régal pour la photographie.

recit Reykjavik

Vers 11h15, nous retrouvons Stéphane, notre guide, qui, après les présentations d’usage, nous propose d’aller barboter dans les bains chauds du Blue Lagoon, ou de randonner dans la campagne environnante. A l’unanimité, nous votons pour la mise en jambe. Nous allons prendre un bus pour rejoindre la montagne Esja, massif volcanique basaltique qui domine Reykjavik. Après une petite heure de randonnée dans un paysage bucolique, où il ne manque ni la rivière ni les lupins, nous nous arrêtons pour pique-niquer, nous surplombons la péninsule d’Akranes. Cela permet à Stéphane de faire connaissance avec le groupe et de présenter les 15 jours que nous allons passer ensemble. Ensuite, revue de nos chaussures, car il est indispensable qu’elles soient en bon état, les scories les mettant à rude épreuve. Tout semble OK, soient elles sont neuves, récentes ou ressemelées. Malgré tout, cela n’empêchera pas Sophie d’avoir des soucis pendant le trek.

Stéphane, breton d’origine, voyage Reykjavik partage tous ses étés, depuis une dizaine d’années, entre l’Islande et le Groenland. On le sent passionné par cette île dont il a envie de nous faire découvrir toutes les facettes. En fait, il est guide pour l’agence de voyage 66° Nord avec qui Atalante et Humans aventure ont sous-traité. C’est lui qui a conçu ce trek et il forme les guides de l’agence sur les différents circuits. Il nous parle du rythme des journées, des randonnées qui ne sont pas difficiles techniquement, mais que les caprices de la météo islandaise peuvent rendre délicates, des passages de gués, des repas qu’il va nous concocter, des neuf caddies de nourriture qu’il vient d’acheter pour nous, dont six gigots d’agneau, du saumon, des écrevisses!!! du coup, on se demande si on part en trek ou bien dans un circuit tourisme et gastronomie! Une fois ce briefing effectué, il nous faut redescendre, car les bus sont un peu moins fréquents le dimanche en Islande. Nous sommes à Reykjavik en fin d’après-midi et nous avons du temps pour faire le tour de la ville. La vieille ville mêle des rues résidentielles aux maisons colorées faisant oublier les nuits interminables de l’hiver en Islande et des artères commerciales bordées de boutiques, de cafés et de galeries. Nous profitons même d’une terrasse au soleil pour prendre une bière.

Auteurs : Patrick et Corine Willemain