Agrandir le DIAPORAMA

Récit et photos de trek au Groenland
Tasiilaq et l'île d'Ammassalik

Lundi 3 août

Tasiilaq

Situé sur l'île d'Ammassalik, face à la montagne Polhelms Fjell dans le fjord d’Ammassalik , Tasiilaq est une pittoresque ville d’environ 2000 habitants. La station météorologique Sermilik est située à Tasiilaq. Une fois le bateau déchargé, nous remettons tout dans une camionnette puis partons à pied vers notre hébergement qui se trouve être une des maisons que Lars loue à l’agence.

C’est Groenland Tasiilaq une maison jaune qui ne dépareille pas parmi les nombreuses maisons colorées de Tasiilaq. Une fois installés et restaurés, nous avons quartier libre et allons faire le tour de la ville. La ville comporte un quartier par colline avec un supermarché ou supérette dans chacun d’eux. Il y a quelques autres petits commerces, hôtels, une maison médicale, un centre de PMI, un collège, des écoles, un musée, un office du tourisme, l’agence de Lars. Par rapport à Kulusuk, Tasiilaq est très animé et beaucoup plus propre. Les chiens sont un peu plus «grassouillets». En haut de la ville, une peau d’ours sèche au soleil à côté de saumons. Des lacs entourés de différentes fleurs dont de nombreuses épilobes et campanules agrémentent les alentours de la ville. On se croirait presque dans les Alpes françaises avec la banquise et les icebergs en plus. Tasiilaq bénéficie d’un très bon ensoleillement ce qui en fait une ville agréable à vivre.

Groenland Tasiilaq

Un peu à l’écart de la ville se trouve le cimetière très coloré grâce aux nombreuses fleurs artificielles qui jonchent les tombes. De retour à notre hébergement, nous profitons de la terrasse ensoleillée pour prendre une bière et du saumon fumé gentiment offert par une salariée de Lars. Pendant ce temps là, Maxime nous prépare de l’omble chevalier pêché par Lars, poisson au goût très fin.


Mardi 4 août

Rando sur l'île d'Ammassalik

Ce matin, le soleil brille et nous partons pour l’ascension du Sommandsfjeldet qui culmine à 680m et domine Tasiilaq. Nous montons en haut de la ville, passons à côté d’Ammassalik hôtel, le plus grand hôtel de Tasiilaq, longeons la station météo puis un des nombreux lacs qui entourent la ville avant de commencer l’ascension. Groenland TasiilaqUn vague sentier est tracé dans le pierrier, mais cela monte de façon assez raide au démarrage. Je donne le rythme à Fabienne tandis que le reste du groupe «cavale» devant. Du côté opposé au village, la falaise tombe à pic dans la mer. Au fur et à mesure de la montée, nous avons une très belle vue sur une bonne partie de l’archipel, constitué de dizaines d’îlots et sur les grands icebergs qui flottent vers le sud et dont la hauteur peut dépasser parfois les 100m. Quelle récompense quand nous arrivons au premier sommet, nous bénéficions d’un panorama à 360° avec une vue surplombante sur Tasiilaq. Mais nous n’allons pas en rester là, un second sommet plus haut nous attend. Il nous faut redescendre une cinquantaine de mètres avant de remonter de l’autre côté. En une vingtaine de minutes, nous y sommes, nous avons bien mérité notre casse-croûte!

Groenland Tasiilaq

On ne se lasse pas de ce paysage: le fjord avec Tasiilaq et ses nombreuses maisons colorées, l’océan jonché de tous ces gros glaçons et en fond, ces sommets aux pointes acérées. On scrute l’océan à la jumelle en espérant débusquer la baleine, mais en vain… Il est maintenant temps de penser à redescendre. Nous avons une superbe vue sur tous les lacs très découpés qui bordent Tasiilaq. De retour au village, nous allons approfondir notre visite en passant au musée. Ce dernier représente la vie des Inuits avec les différents vêtements, les pirogues, les instruments de chasse et de pêche…


Mercredi 5 août

Adieu au Groenland

À 8h30, nous nous rendons au port pour prendre le bateau en direction de Kulusuk. Notre voyage au Groenland se termine, nous reprendrons l’avion pour Reykjavik. Nous profitons de notre dernière traversée en bateau pour augmenter notre collection photographique d’icebergs! À l’approche de Kulusuk, la marée a refermé la banquise et Lars est obligé de jouer les autos tamponneuses pour se frayer un passage.

Et Groenland Tasiilaq un petit coup en avant, et un en arrière, on touche même les icebergs avec nos mains pour essayer de les pousser!!! Nous devons notre accostage à la dextérité des manœuvres de Lars qui ne se laisse pas intimider par ces gros glaçons. Cela n’a rien à voir avec notre départ il y a une dizaine de jours où il y avait très peu d’icebergs et où la banquise était très ouverte. Un dernier tour dans le village et il est temps de partir pour l’aéroport. Nous profitons du dernier repas pour remercier Maxime de nous avoir fait découvrir cette île hors du commun, cette île hors de la folie des hommes. Nous échangeons sur le Groenland au printemps où il est possible de faire de la randonnée à ski ou en chien de traîneaux. Peut-être de nouvelles aventures en perspective…

Si vous êtes tentés par la marche dans les contrées sauvages du Groenland, équipez-vous de bons genoux et de bonnes semelles: le granit et l’inexistence de sentiers les mettront à rude épreuve. N’oubliez pas non plus une moustiquaire de visage, ces petites bêtes sont voraces et apprécient la chair fraîche! Mais cela en vaut la peine, et tout comme nous, vous serez hypnotisés par la beauté de la glace et des icebergs, l’immensité de la calotte glaciaire et serez bouleversés par l’intemporalité du Groenland.

Auteurs : Patrick et Corine Willemain