Agrandir le DIAPORAMA

Récit et photos de voyage au Groenland
Kulusuk

Vendredi 24 juillet

Retour à Reykjavik

Nous avons déjà passé quinze jours dans l’Est de l’Islande, et usé nos chaussures sur deux fameux treks, le trek des fjords de l’Est et le trek des glaciers. C’est donc un brin fatigués que nous arrivons à la gare routière de Reykjavik en provenance du parc de Skaftafell. Nous rejoignons la guest-house Aurora où nous devons retrouver nos amis ainsi qu’un 6e compagnon de voyage. Les sacs sont bien lourds, mais en un quart d'heure de marche, nous y sommes. Tout cela pour apprendre qu’il y a un contretemps, l’agence nous ayant changés d’hôtel. Bon, Reykjavik n’est pas si grand: nous envoyons un SMS à Fabienne, qui rapplique avec sa bande pour nous aider à transporter nos bagages! C’est sur ces entrefaites que nous faisons connaissance de Coralie, la benjamine du groupe. Manque plus que la 7e personne, sur laquelle plane un grand mystère: «il est parti en ville seul, il ne parle pas, un ours...» nous racontent nos compagnons!

Une Islande Reykjavikfois installés, nous repartons dîner en ville, chez Hornid, ce fameux restaurant italien. Nous passons une bonne soirée de retrouvailles et nous racontons les derniers potins… Au retour, une grosse lessive dans le lavabo nous attend, car il nous faut repartir avec le stock de vêtements propres. Espérons qu’il fasse beau demain matin pour sécher tout cela. Il est prévu de retrouver notre guide vers 12h.


Samedi 25 juillet

Groenland, arrivée à Kulusuk

Un franc soleil nous tire du lit. Au p’tit déj, quelle ne fut pas notre surprise en croisant Philippe, un collègue de Patrick, qui s’avère être la mystérieuse 7e personne, dont nous nous gaussions hier!!! Il faut vous raconter que Philippe était très intéressé lorsque Patrick et moi cherchions, il y a quelques mois de cela, à constituer un petit groupe motivé pour aller au Groenland, mais une mauvaise entorse survenue entre-temps rendit sa participation au projet hasardeuse. Pour nous l'affaire était classée: Philippe ne viendra pas, mais il est costaud le Philippe et surtout il ne lâche rien!!! il s’inscrit sur le voyage mi-juillet, alors que nous étions déjà en Islande. Quel filou ce Philippe! Quelle surprise et quelle joie de le retrouver ici! «Hier, nous explique-t-il, j’ai passé l’après-midi et la soirée à arpenter Reykjavik de long en large pour voir si ma cheville tenait le coup!» Croisons donc les doigts pour que tout se passe bien, car le terrain au Groenland n’est pas réputé facile…

En attendant le guide, nous écrivons des cartes postales sur la terrasse, étendons le linge au soleil et allons prendre une glace chez Yoya, un glacier que nous avions repéré il y a 2 ans: on confectionne sa glace, l’agrémente de fruits, de chocolat, de bonbons… et on paye au poids. Un camion de l’agence vient d’abord chercher nos sacs, puis notre guide Maxime arrive vers 12h. Nous rejoignons l’aéroport à pied. Notre départ pour Kulusuk est prévu à 12h40. Il y a 1h50 de vol. Maxime nous met aussitôt en confiance: «s’il y a de la brume de mer, il se peut que l’avion ne puisse atterrir et revienne au point de départ… le Groenland, c’est comme ça!»

Groenland Kulusuk

Nous survolons Reykjavik et sa péninsule, puis à l’approche du Groenland s’offre à nous un patchwork de glace, de banquise et d’icebergs. Cela met tout de suite dans l’ambiance et cela promet de très beaux moments. L’arrivée est très surprenante, les montagnes enneigées plongent dans la mer. Ouf, pas de brise de mer, nous atterrissons donc sans difficulté sur cette gigantesque île. Le ciel est un peu couvert, mais le soleil ne tarde pas à percer. Un fenwick décharge les bagages devant l’aéroport et ils repartent dans une camionnette. Quant à nous, nous voilà partis à pied pour rejoindre notre hébergement pour 2 nuits au «Kulusuk Hostel» ; cela sonne comme un titre de chanson…nous sommes tout de suite dans l’ambiance: des glaciers tout proches, des icebergs, des morceaux de banquise, de la roche granitique, puis on aperçoit les maisons colorées. En 30mn, nous arrivons au village de Kulusuk, accroché à la côte rocheuse; nous nous installons dans notre gîte, de couleur bordeaux, qui appartient à l’agence Icelandic Mountain guides, réceptif d’Allibert.

Après Groenland Kulusuk le repas, nous allons visiter le village de Kulusuk. Il reste environ 160 à 180 habitants. Une maison sur deux est à l’abandon. Il y a un fort exode rural vers la capitale de l’Est, Tasiilaq, qui elle comprend environ 2500 habitants. Le village est superbe, avec, d’un côté, une vue imprenable sur la baie, les icebergs vêlés par les glaciers et de l’autre, les pics rocheux; le seul problème est la saleté: les Groenlandais ne sont pas du tout sensibilisés à la protection de l’environnement; quand ils ne veulent plus quelque chose, c’est laissé dehors au pied des maisons, cela va du vieux moteur de bateau, à la valise ouverte pleine de vieux vêtements, un landau cassé,… Le village comprend: une école, une église, un musée et une supérette. Très peu de maisons ont l’eau courante et le tout-à-l’égout. En contrepartie il y a dans chaque village un petit cabanon bleu où les gens viennent s’approvisionner en eau et une maison commune avec douches, WC, machines à laver, fours. Nous allons vers le port. Il y a une légère brume de mer qui enveloppe les icebergs. Nous marchons sur un beau granit, bien solide, impossible à creuser. On comprend mieux pourquoi la plupart maisons sont sur pilotis et les canalisations apparentes, des réseaux de tubes en acier parcourant la ville.

Groenland Kulusuk

Les tombes sont également un amas de roches surmonté d’une croix et de fleurs en plastique; elles sont disséminées un peu partout bien qu’il y ait un cimetière à l’entrée du village. Ces tombes rustiques face à la mer et aux icebergs créent une curieuse impression, une beauté pure et intangible où l’homme n'est qu'un jalon de l'éternité. Presque à chaque maison, sont enchaînés des chiens. Ils ne sont pas méchants envers l’homme, mais ils s’entre-tueraient s’ils étaient en liberté. Ils sont maigres en cette saison d’inactivité, car ils ne sont nourris que deux fois par semaine. La nourriture des chiens, essentiellement du phoque, reste un budget pour les familles.


Dimanche 26 juillet

Le barde de Kulusuk

Le ciel Groenland Kulusuk est tout bleu au réveil, cela change de l’Islande. Nous attendons une 8e personne, une anglophone qui doit arriver par le vol de 10h40. Nous approfondissons notre connaissance du village par la visite du musée : habitat traditionnel des Inuits, vêtements en peau de phoque, pirogues, outils divers. Ensuite, nous remontons pour accueillir Jane que Maxime est allé chercher à l’aéroport. Elle est néo-zélandaise, a environ 75ans et vient de passer 3 semaines en Islande. Groenland KulusukPuis, nous retournons au pied de l’église assister au concert de la vedette locale, un chanteur-danseur au tambourin qui perpétue la tradition Inuit. C’est l’un des derniers bardes inuits et il est internationalement connu. Il arrive de Tasiilaq en bateau avec son fils. Plusieurs bateaux arrivent également pour assister à la représentation et nous sommes une trentaine de personnes. Nous nous installons face à la mer et ses icebergs, un beau décor pour un grand spectacle. L’artiste arrive avec son tambourin et commence à chanter en faisant des mimiques, il a un regard très expressif, dommage que nous ne comprenions pas ce qu’il veut nous transmettre. Une fois le spectacle terminé, nous regagnons notre maison pour le brunch. L’après-midi est consacrée à une randonnée vers le Cap Dan pour danois. C’est un relais qui a servi pendant la guerre froide. Nous longeons d’abord de beaux lacs à l’entrée du village avant de grimper et de surplomber la baie avec ses icebergs.

Groenland Kulusuk

Nous retrouvons la même flore alpine que chez nous, épilobe, campanule, arnica,… mais au ras du sol, la nature s’adaptant aux conditions climatiques. Puis, on rejoint la piste que l’on suit jusqu’en haut. Il nous faudra environ 2h pour monter. De nombreux icebergs émergent de la mer de nuage, c’est fabuleux. Quelques gâteaux et fruits secs puis nous voilà repartis en évitant la piste qui est un peu monotone. On domine de nombreux lacs, que d’eau, que d’eau et de nombreux pics rocheux, que de granit, que de granit… Juste le temps de se doucher, de prendre des notes sur la journée et voilà l’heure du repas. Maxime nous a préparé des crevettes à la crème sur toasts grillés, des côtes de porc purée puis, un dessert léger : des crêpes au Nutella accompagnées de glace vanille, miam, miam !!! Ce soir, quelques nuages sont présents, nous n’assisterons donc pas au coucher de soleil, qui de toute façon ne se couche que très tard pour se relever aussitôt à cette période.

Auteurs : Patrick et Corine Willemain