Agrandir le DIAPORAMA

Rando bivouac GR20 Sud
Conca - Paliri - Asinau - Usciolu

Etape 1 du GR20 Sud: Conca - Paliri

1000m de dénivelé positif et 160m de négatif, durée 6h15

C'est vers 8h, le 5 juillet que nous sommes prêts pour démarrer cette belle aventure. Le ciel est voilé mais il fait déjà chaud. Le départ dans le village de Conca est très efficace et cela tire d'emblée sur les mollets. Cela fait sourire de voir la pancarte : «Conca, arrivée du GR20, vous voici au terme de votre odyssée, bravo» Eh oui, plus des ¾ des gens font le GR20 dans le sens Nord/Sud. Nous, nous devrons attendre de voir la pancarte de Calenzana. GR20 ConcaNous traversons d'abord le maquis avant de trouver un paysage plus granitique, des aiguilles élancées, une alternance de montées et de descentes dans un terrain très rocailleux. Le temps est lourd et orageux et les derniers 100m de montée sous le refuge de Paliri nous font suer à grosses gouttes.

L'aire de bivouac de Paliri se trouve sous les pins et offre une très belle vue sur les aiguilles de Bavella. Après avoir monté notre tente, nous allons déguster notre première bière corse, la fameuse «Piétra», bière à la châtaigne puis prenons une douche bien fraîche, il faudra s'y habituer. PaliriVers 18h30, nous prenons place à une table sur la terrasse du refuge Paliri et faisons connaissance d'Odile et Anne-Marie, que nous baptiserons plus tard «les mamies» ainsi que de Benjamin et Floriane. Nous nous retrouverons chaque soir ou en cours d'étape en fonction de l'heure du départ et du rythme de chacun, jusqu'à Vizzavona pour Benjamin et Floriane qui font uniquement le GR20 Sud et jusqu'à Manganu pour nos mamies.


Etape 2 du GR20 Sud: Paliri - aiguilles de Bavella - Asinau

1250m de montée et 660m de descente, 7h par la variante alpine

C'est par la variante alpine de Bavella que nous rallierons Paliri à Asinau. Le temps est très clair. Nous rejoignons le col de Bavella en 1h40 par un chemin très agréable alternant montée, traversée et descente. Nous profitons d'une épicerie bien achalandée pour faire notre ravitaillement pour le midi, nous craquons sur une tomme de brebis fort appétissante. Très vite, nous trouvons la bifurcation GR/ Variante alpine. aiguilles de Bavella Cela monte efficacement jusqu'aux aiguilles, puis c'est une descente suivie de montagnes russes avant d'atteindre une dalle équipée d'une chaîne. Rien de bien terrible par beau temps, alors que certains parlent d'escalade ou encore de via ferrata... Encore une petite montée puis nous atteignons le point culminant de la journée avant de basculer de l'autre côté des aiguilles de Bavella. Le paysage est magnifique: des roches aux formes déchiquetées forment des plans s'étendant jusque dans la vallée. Nous commençons ensuite notre descente qui doit nous ramener sur le GR20.

aiguilles de Bavella

Il y a profusion de cairns et un moment donné, nous ne suivons pas les bons et perdons les marques jaunes; la descente se fait d'abord dans un éboulis assez raide puis nous terminons à travers bois pour rejoindre finalement le GR20 que nous étions obligés de croiser. Cette descente quelque peu pénible nous a donné faim. Nous profitons d'un ruisseau pour faire notre pause lonzo et tomme. AsinauC'est le ventre plein que nous repartons vers le refuge d'Asinau sur un sentier fort agréable en sous bois avant la dernière montée qui nous paraît longue. Juste avant le refuge, nous retrouvons Jean Luc et Claudie qui sont également passés par la variante alpine puis Fil et Flo qui ont fait l'étape normale du GR20. Florence est sujette au vertige, aussi ne font-ils pas de "folies" et suivent scrupuleusement les marques "rouge-blanc"!!!

Asinau

Les emplacements de bivouac sont espacés sous le refuge d'Asinau. Chacun arrive à trouver sa place. Ensuite, nous assistons à un sketch fabuleux avec le gardien. Je lui présente mon ticket de réservation, reçu par internet, que j'ai pris soin de réduire au maximum pour économiser le poids, quand il me dit : «ce n'est pas valable, il n'y a pas le logo du parc, vous auriez pu le faire vous-même» alors qu'il y a un numéro de réservation dessus. Après une discussion un peu houleuse, nous n'avons pas d'autre choix que de payer à nouveau notre place de bivouac, en espérant nous faire rembourser à notre retour par le Parc... et en espérant également ne pas avoir le même problème tous les soirs... C'est après un bon repas, lentilles aux Figatellu, que nous rejoignons notre tente, le vent s'est levé et il ne cessera pas de la nuit. «La tente va-t'elle résister» me demandais-je. De plus, les cochons sauvages se sont invités sous les tentes! Philippe s'est retrouvé nez à nez avec un énorme cochon qui avait pris son sac à dos, attiré certainement par la charcuterie. Quelle nuit! Nous découvrirons le lendemain matin que plusieurs tentes ont ainsi été visitées et que celle de 2 jeunes hollandaises a même été endommagée.


Etape 3 du GR20 Sud: Asinau - Monte Incudine - arête Monda - Usciolu

8h30 de marche prévue, la plus longue étape du GR avec 1000m de montée et 850 de descente

La montée Monte Incudine commence dès le refuge d'Asinau et c'est très efficace, nous avalons les 500m en 1h10 pour arriver, par une traversée sur de grandes dalles, au Monte Incudine qui culmine à 2134m. La vue est grandiose, l'air est vivifiant et le temps est clair. Nous longeons ensuite la crête de la Foce Aperta avant de bifurquer vers les bergeries en ruine de Pedinielli. Le GR20 est très roulant, le paysage change, nous traversons de grandes prairies puis descendons dans une belle forêt de hêtres avant de traverser une passerelle. Usciolu Ensuite nous montons vers Bocca di l'Agnone. La faim se faisant sentir, nous profitons d'un beau sous bois pour pique niquer et remplir les bouteilles à la source. Bien reposés nous grimpons environ 200m avant de rejoindre la belle arête à Monda que nous longeons en passant tantôt à droite, tantôt à gauche, pendant 1h30. UscioluC'est super, il faut régulièrement mettre les mains mais la roche granitique est très adhérente: les pieds tiennent bien sur les grandes dalles inclinées. Le refuge d'Usciolu est en contrebas au bout de l'arête. Nous y arrivons vers 15h et il y a déjà de nombreuses taches de couleur que sont les tentes disséminées un peu partout sous le refuge. Nous trouvons quand même une petite place dans ce bivouac, mais les places sont chères.

Usciolu

On commence à prendre ses petites habitudes: c'est d'abord la douche avant qu'il n'y ait trop de monde, puis la lessive: il faut que cela sèche, bière et compte-rendu de la journée viennent ensuite. Nous profitons d'un ravitaillement digne d'une caverne d'Ali Baba: melon, coppa, saucisson, plusieurs fromages sans oublier les fameux canestrellis. Nous sirotons notre bière en musique et l'ingénu Philippe demande si la musique est italienne. La réponse ne se fait pas attendre : «c'est de la musiiique cooorse». L'ambiance est bon enfant, le gardien, Francis dispute un tournoi de boules, encouragé par les touristes. L'assiette de pâtes aux carottes et champignons est fort bonne, elle est suivie par la liqueur de myrte offerte par le gardien. Corinna, la jeune allemande avec qui nous ferons la suite du GR20, n'ayant pas de verre penche la tête en arrière tandis que Francis lui fait boire son breuvage! C'est bien repus que nous rejoignons notre tente, en contrebas du refuge d'Usciolu. Pas un souffle de vent, nous devrions récupérer de la nuit précédente.

Auteurs : Patrick et Corine Willemain