Le diaporama photo utilise Flash Player. Cliquez ici pour l'installerGet Adobe Flash player




DIAPORAMA

Cliquez sur la touche de droite pour voir les photos en plein écran

Récit et photos de trek:
le volcan Dallol

1er jour

De l'exploitation de sel, nous nous dirigeons ensuite vers le Dallol, site volcanique géothermique de 3kms sur 1,5kms. Ici, nous sommes à 130m en dessous du niveau de la mer… Le Dallol, ce sont des geysers miniatures, des lacs d’acide au vert profond, des labyrinthes de roche déchiquetée, tranchante, des tours de sel stratifié, des coulées de saumure, des concrétions multicolores, véritable mousse minérale. Il y a seulement trois 4X4 au pied du site. Ils ont du faire une visite éclair car ils redescendent déjà aux véhicules. Nous serons donc seuls sur le site du Dallol, c’est extraordinaire. Nous ferons le trek avec un guide afar, Moussem, responsable des activités touristiques du village et 5 ou 6 militaires: nous sommes a quelques Km de l'Erythrée. Les mots ne sont pas assez forts pour décrire ce trek d'environ 3h. Que de couleurs, vert, jaune, orange, brique. Ces couleurs inhabituelles sont le résultat de la réaction chimique du souffre, du fer, de la potasse avec le sel. Que de formes sculptées par la nature: des champignons, des colonnes, un éléphant …chacun y va de son imagination. Mais ce n'est pas statique, cela bouillonne un peu partout. Il faut faire très attention où l’on marche car le sol est mouvant. Une chute n’est pas permise car l’acide sulfurique ne pardonne pas. Nous ne savons plus où donner de la tête tellement c’est beau. Une photo, puis encore une et encore une autre, …

La température monte, il fait plus de 40°. Le trek se poursuit vers les vestiges d'une usine de potasse en activité jusque dans les années 50. Il reste encore quelques vieux bâtiments et engins où nous trouvons un petit peu d’ombre. Puis nous redescendons vers les véhicules en ayant fait une boucle dans ce site hors du commun. Nous en avons pris plein les yeux, jusqu'à en oublier la morsure du soleil. Nous remontons dans les 4X4 en nous demandant où nous allons bien trouver de l’ombre sur cette immensité blanche. Au bout d’1/4h, le miracle se produit, nous apercevons une falaise de sel contre laquelle nous nous intallerons pour le repas: une bonne salade de grosses pâtes, des sardines, du fromage et une orange. Ensuite, personne ne se fait prier quand Gebriel nous propose une sieste sur les matelas mousse à l’ombre en attendant que la température baisse un peu.

Reposés, nous repartons pour un trek un autre site à une vingtaine de mn en 4X4. Ce sont des trous remplis d'eau huileuse et colorée, des geysers, de grosses marmites bouillonnantes. Les couleurs sont dans les bruns, les ocres, de grosses bulles glougloutent en permanence. Vraiment curieux comme trek. Puis de nouveau, 1/4h de véhicules pour rejoindre un site proche des falaises de sel. Là, Gebriel nous dit de faire très attention et de bien suivre Moussem pendant le trek car la croûte sur laquelle nous marchons est fine et cassante et il en a fait les frais il y a quelques années en posant le pied où il ne fallait pas. Cela lui a valu 1 mois d’hospitalisation et 5 mois avant de reposer le pied par terre. Le trek nous conduit vers une concrétion en forme de cercle, sorte de lac asséché de toutes les couleurs, c’est trop beau avec les lumières de fin d'après-midi. Nous approchons des falaises, il y a un lac, des monolithes de sel, c’est grandiose… Il nous faudra 1h pour rejoindre le village d'Ahmed Ila. Quelle fabuleuse journée, nous sommes comblés au-delà de nos espérances! Le village d'Ahmed Ila est beaucoup plus animé qu'hier, de nombreux 4X4 sont arrivés. En fait, nous apprendrons plus tard que le président du gouvernement Afar est venu au village pour rendre visite à son père malade. Le vent se lève. Nous faisons une pause, café, thé puis coca et ensuite, nous prendrons une petite «douche» avant d’aller déguster le super repas que nous a préparé Salomon : carottes, frites, potirons, tomates en sauce, agneau et ananas. Il fait plus de 30°, le vent a encore forcit, les tentes se gonflent, vont-elles résister? Bonne nuit…


2ème jour

Départ vers 7h15 pour une autre trek sur le site du Dallol dans sa partie nord. Nous montons par le même endroit que la veille mais nous sommes toujours aussi émerveillés par la beauté des lieux, puis nous contournons par le nord. Le ciel est plus bleu ce matin et les couleurs sont encore plus saturées que la veille. Cela glougloute de partout, il faut être extrêmement vigilant pour poser les pieds car il y a de nombreux geysers naissants. Des grands taux de saumure dans l'acide crée des fleurs de sel cristallisées. C’est grandiose, de faire un trek dans ce décor merveilleux. Que de photos prises pour immortaliser le lieu.

Nous rejoignons les véhicules puis roulons sur le lac de sel jusqu’à l’endroit où il est recouvert d’une fine pellicule d’eau. Nous marchons sur l’eau! A différents endroits, il y a des trous d’eau avec des remontées de gaz, mais c’est froid. A la saison des pluies, le lac est entièrement recouvert d’eau et l’exploitation doit s’arrêter. Nous rejoignons l’exploitation où ne quantité impressionnante de chameaux (environ 1000 d’après Gebriel) attendent d’être chargés. Demain vendredi, c’est jour férié pour les musulmans, ce qui explique l’affluence du jour.

Nous retournons à notre lieu de pique-nique de la veille, cherchant l’ombre et un peu de fraîcheur pour manger. Après la sieste, nous reprenons les véhicules pour aller faire un trek dans le canyon de sel à l’extrémité ouest du Dallol. Nous pénétrons dans le canyon et longeons d'impressionnants mégalithes de sel de plus de 100m de hauteur. Ces étranges cheminées de fées de sel sont surmontées de gypse. Ces édifices géologiques ont été formés lorsque la mer Rouge a inondé à plusieurs reprises la dépression de Danakil, il y a plusieurs milliers d'années. La température atteint son maximum, 43° à l’ombre, mais pas d'ombre! Nous faisons ce trek au ralenti, un pas après l'autre. Nous repartons pour le village d'Ahmed Ila et quittons à regret le site du Dallol. Nous regardons passer les caravanes chargées qui vont rejoindre la rivière pour la nuit.

Auteur : Patrick Willemain