Le diaporama photo utilise Flash Player. Cliquez ici pour l'installerGet Adobe Flash player




DIAPORAMA

Cliquez sur la touche de droite pour voir les photos en plein écran

Récit et photos de trek:
le volcan Ardoukoba et le lac Assal

Le dernier né des volcans du Rift

Après une très bonne nuit, nous prenons une douche fraîche avec des seaux d’eau. Le vent souffle toujours aussi fort. Nous partons vers 7h30 pour un trek en direction du volcan Ardoukoba, le dernier né des volcans du Rift, en 1978. Nous faisons un arrêt où nous dominons le lac Assal et la grande faille, c’est très impressionnant, c’est le grand Rift africain à ciel ouvert. Il y a un delta d’environ 150m sur une distance de 3 à 5kms. Le lac Assal se situe en effet à 157m sous le niveau de la mer, c’est la 2ième dépression dans le monde après la mer morte (- 350m). C’est par contre le lac Assal qui contient le plus fort taux de salinité (env 348g /l). Nous prenons une piste pour rejoindre la mer de lave dont le diamètre est immense. De grosses plaques sont soulevées, un vrai champ de bataille. Puis nous arrivons sur un très beau tunnel de lave.

Nous reprenons les véhicules pour aller sur le volcan Ardoukoba. C’est une belle ligne de crête avec de nombreux cratères et le lac Assal en toile de fond. Le paysage est magnifique, un peu lunaire. Au bout de la crête, un monticule de lave noire, le volcan Ardoukoba, que quelques uns d’entre nous gravirons. Le trek A/R dure 4h, il fait très chaud et nous sommes très heureux d’avoir le vent pour nous rafraîchir un peu. Nous sommes de retour au campement vers 14h où le repas nous attend avant la baignade. Il y a de nombreux français, des familles de militaires qui sont venus passer le WE au bord de mer. Après, c’est sieste pour les uns et baignade pour les autres. Le soir, les brochettes se font attendre. Nous regrettons tous Salomon. Quelques parties de belote achèveront la soirée.


Le lac Assal

Dernière sortie le matin en direction du lac Assal. Avant d’arriver au pied du lac, nous faisons une halte pour observer la «diatomite» qui est un calcaire compacté du à la décomposition d’organismes cellulaires vivants dans l’eau douce. Nous longeons le lac Assal et pouvons admirer le contraste entre, le vert pâle du lac, le blanc immaculé du sel tout autour et le ciel bleu. Au pied du lac Assal, de jeunes vendeurs nous proposent des géodes, des cristaux de sel, de gypse. Après les négociations habituelles, chacun repart avec un souvenir. Puis, petite randonnée sur la banquise de sel, en forme de croissant de 61km2 et d’une épaisseur maximale de 80m et sur le lac Assal en faisant attention de ne pas trop s’enfoncer. Quand nous partons, un groupe de Japonais arrive pour se baigner. De retour au campement, nous prenons le repas de midi avant de partir pour Djibouti. Commence ensuite une longue attente à l’aéroport avant d’embarquer pour Addis Abeba puis pour Paris, que nous atteindrons vers 7h30.

En espérant que ce récit et ces photos vont donneront envie de découvrir un pays haut en couleurs, un peuple accueillant et une nature encore préservée.

Auteur : Patrick Willemain