Agrandir le DIAPORAMA

Rando en Crète
Gorges de Samaria, gorges Agia Irini

Première rando, premières baignades!

Mercredi 25 mai: Paléochora, Sougia

A 7h30, il fait beau, nous descendons déjeuner avec nos bagages qui eux, prendront le bateau à 8h pour rejoindre Sougia. C’est notre 1ère rando. De Paléochora, nous quittons rapidement le bitume pour rejoindre un chemin côtier. PaléochoraIl fait chaud mais il y a un peu de vent. Une jolie petite crique et c’est l’occasion d’une pause baignade. Dès lors que le chemin se rétrécit, Dimitri forme 2 groupes de rando pour une question de sécurité. Nous montons lentement jusqu’à un col avant de redescendre vers le site romain de Lissos où nous allons pique-niquer. La pluie s’invite à notre repas. Ensuite, nous allons visiter le temple à ciel ouvert et la chapelle. Le paysage est aride.

La pluie a cessé mais le ciel reste couvert ce qui ne découragera pas les plus fous pour une 2nde baignade sur une plage où les galets roulent avec les vagues. Ensuite, une bonne grimpette nous attend sous le soleil réapparu. Arrivés sur le plateau, nous dominons la crique où l’eau est passée d’une couleur ardoise à une couleur turquoise. SougiaNous traversons la garrigue avant de randonner dans une belle gorge jusqu’à Sougia situé en bord de mer. C’est un petit village qui vit principalement du tourisme. Une baignade apéritive suivie d’un bon verre de jus d’orange pressée nous fera patienter jusqu’au repas. La célèbre moussaka nous attend après l’incontournable «greak salad» et le tsatziki. De grosses averses ponctuent notre repas.


Gorge d'Agia Irini

Jeudi 26 mai: Sougia, Omalos

Une nuit pluvieuse et le tonnerre gronde dès le matin s’accompagnant d’un crachin, dur, dur… C’est, cape au dos, que nous entamons notre randonnée en direction des gorges d’Agia Irini. Gorge Agia IriniRapidement, le soleil perce et il se met à faire chaud et humide. Après une bonne heure de bitume, nous arrivons à l’entrée de la gorge d’Agia Irini. La randonnée est progressive, alternant petites grimpettes et faux plats. Nous marchons d’abord sous couvert puis sommes rapidement entourés d’immenses falaises. Il est 13h et l’heure du pique-nique a sonné; chacun sort ce qu’il a porté et se confectionne sa salade. La sieste proposée par Dimitri est vite interrompue par les nombreux nuages menaçants. C’est, le ventre plein que nous redémarrons par une bonne côte mais heureusement il fait frais.

Gorge Agia Irini

Très vite, nous sommes rattrapés par le nuage qui nous empêche d’admirer le paysage. Chacun randonnant à son rythme, nous attendons que l’ensemble du groupe nous rejoigne sur le plateau pour reprendre une grande traversée avant la montée finale vers un col culminant à plus de 1000m. C’est, dans le brouillard que nous l’atteignons vers 16h30. L’hôtelier vient nous chercher en minibus pour le village d’Omalos et dès les premiers tournants de descente le soleil réapparait comme par enchantement, les nuages étant restés accrochés au col. Le raki, servi par notre hôte, va permettre à tous les randonneurs de se réchauffer. En fin d’après midi, nous visitons la fromagerie de Martinos. Les bergers de la région y vendent leur lait qui sera transformé en tomme de brebis, appelée «graviera»; de nombreuses meules d’environ 8kg sont en cours d’affinage.


Gorge de Samaria

Vendredi 27 mai: Omalos, Agia Roumeli

Après une nuit bien fraîche, RV est donné à 7h30 avec nos bagages qui, de nouveau vont rejoindre le bateau pour être acheminés vers Agia Roumeli. Nuages et soleil alternent dès le matin. Nous prenons le minibus jusqu’au départ de la célèbre gorge de Samaria située à 1200m. C’est le plus long canyon d’Europe qui serpente sur 16km. En haut, nous sommes dans la purée de pois, dur, dur pour les photos et la randonnée. Gorge de SamariaAprès avoir payé le droit d’entrée, nous entamons la randonnée facilitée par des marches et des protections contre les chutes de pierre. Jean Denis et Nadège ont évité de peu une pierre arrêtée par le filet au dessus de leur tête, plus de peur que de mal. Les nuages se déchirent lentement laissant apparaître falaise et sommets alentours dont le mont Pachnès culminant à 2452m. La randonnée est très bien aménagée avec, régulièrement, point d’eau, WC et tables pour le pique-nique.

Gorge de Samaria

Plus nous randonnons et, plus la gorge de Samaria se resserre. L’eau, sous forme de vasques translucides, apparaît à différents endroits. C’est, vers 400m d’altitude que nous ferons notre pause pique-nique au village abandonné de Samaria. Le ciel se couvre de plus en plus jusqu’à donner de nouveau des gouttes sans grande conséquence sauf pour les photos qui manqueront de luminosité et de contraste. Dommage car, la gorge de Samaria, de plus en plus étroite, laisse apparaître de très belles parois aux roches striées d’ocre et d’anthracite sur lesquelles s’accrochent des pins et autres arbustes, «un spectaculaire plissement géologique zèbre les différents à-pic» explique le Géoguide. Patrick et Eric immortalisent chaque plissement de la roche!

Nous Gorge de Samaria passons successivement 3 sidéroporta «porte de fer», de plus en plus étroites et plus hautes; la dernière, large de 3m et haute de 300m se franchit en empruntant une passerelle. Nous quittons progressivement la gorge de Samaria, le paysage s’ouvre laissant apparaître de nombreux lauriers roses. Le soleil chauffe de plus en plus à l’approche du village Agia Roumeli situé en bord de mer. De nombreux touristes, venus passer la journée, attendent le départ du ferry. Nous profitons des derniers rayons de soleil pour piquer une tête; la plage est belle, l’eau est fraîche mais très vite, les nuages gagnent du terrain, le vent se lève et nous contraint à rentrer. Apéritif local avant le repas composé ce soir d’espadon, un régal.

Auteurs : Patrick et Corine Willemain