Agrandir le DIAPORAMA

Trek au Chili
Geysers de Tatio, vallée de la Mort

Ca fume, ça chauffe!

Chili: Geysers de Tatio, trek du Cerro de Machuca, village de Muchaca, canyon de Guatin

Quelle mauvaise nuit certainement due à l’altitude élevée. Départ vers 5h45 pour les geysers de Tatio. Après une bonne heure de piste plutôt chaotique où il est impossible de finir sa nuit, nous arrivons au lever du jour sur le site des geysers de Tatio. En route, nous longeons le bofedale de Putana dominé par le volcan du même nom qui culmine à 5700m et qui crache ses fumerolles. Il fait -7° à l’arrivée à 4300m. Les nombreux minibus viennent directement de San Pedro pour une excursion à la journée en commençant par les geysers de Tatio. chili geysers de tatio On ne sera pas seuls. En effet, une trentaine de véhicules sont déjà là et les gens déambulent entre les geysers, emmitouflés pour la plupart excepté un monsieur d’une certaine corpulence en short, tee shirt et sandalettes…

Damien nous met en garde, l’eau sort à 80 ou 90° de certains trous. C’est magnifique, cela «glougloute» de partout. C'est dans ces marmites, que se sont formées les premières formes de vie, les bactéries, il y a 6 millions d’années. Dés que le soleil apparaît, les geysers de Tatio s’illuminent et la température augmente. Nous prenons de nombreuses photos jusque vers 9h, certains geysers crachant à 2 ou 3m de haut, c’est grandiose. Plus loin de nombreuses personnes se baignent dans une piscine naturelle.

Nous rentrons vers 11h15 à Muchaca, le village si désert hier, grouille de touristes, quel contraste! Damien nous propose de monter sur la colline derrière le village, le cerro de Machuca pour se mettre en appétit et s’acclimater davantage. Cela lui permet également de voir comment chacun se comporte dans la montée avant l’ascension du Licancabur. Nous partons pour 350m de montée, 1h et 1/2h de descente. En fait, nous monterons 480m dans un terrain d’abord assez tranquille puis se redressant sérieusement. Christine fera demi-tour rapidement et Jean Yves la suivra, découragés par le terrain très accidenté: le chemin laisse place à un dédale de rochers, mais de nombreux cairns permettent de se repérer. Nous arrivons d’abord à un faux plat avant l’arête finale du cerro de Machuca d’où nous avons une belle vue. vigogne Nous grignotons dans un abri vitré, sorte de véranda, avant de redescendre à Muchaca par un chemin très sablonneux où nous pouvons lâcher les freins jusqu’à rejoindre le chemin de montée au dessus du village. Nous arrivons vers 14h dans le village Machuca, les touristes sont partis et nous en profitons pour le visiter rapidement, le temps que le repas se prépare. Toutes les maisons ont une croix et un panneau photovoltaïque sur le toit. Après s’être restaurés, nous partons en direction de notre campement du soir sous le hameau de Guatin. Damien nous propose de marcher 1h30 environ en descendant le long du canyon de Guatin. Claudio nous laisse donc en haut. trek chili vallée de la Mort Nous descendons à gauche puis à droite du torrent dans un décor de cactus géants et d’herbe de la pampa, c’est superbe. Vers 18h30, nous arrivons au campement, qui se trouve à 3100m.


Allo la Terre, ici Mars, je ne vous reçois plus!

Trek de Vallée de Mars (vallée de la Mort), entrée en Bolivie, refuge de la Laguna Blanca

Après une bonne nuit réparatrice pour tout le monde, nous partons à pied, comme d’hab. en direction de la vallée de Mars (appelée également vallée de la Mort), notre trek du jour. Le minibus nous rejoint très vite et Claudio nous laisse à l’entrée du trek de la vallée de la Mort. Nous marchons environ 2h pour 6Kms et un dénivelé de +200m /-300m dans un décor des plus désertiques avec sable et roches déchiquetées. C’est magnifique. Cette vallée est aussi appelée vallée de la Mort.

trek chili vallée de la Mort

Nous dominons d’abord une grande plaine de sable que le trek va rejoindre: nous dévalons les dunes comme des lapins! En plein milieu de cette plaine, nous faisons une trouvaille insolite, un chapeau de cow-boy. Il doit appartenir à l’un des cavaliers que nous avions aperçu d’en haut. Il est à ma taille, je décide donc de le garder. Notre trek terminé, nous rejoignons San Pedro pour manger avant d’aller visiter le musée Gustavo Le Peige. Nous retrouvons Damien qui achète fruits et légumes en quantité car nous allons passer en Bolivie où il sera difficile de s’approvisionner. A la sortie de San Pedro, nous passons la douane puis partons pour une bonne heure de route où nous allons nous élever de 2000m.

Le Licancabur trek bolivie altiplano nous fait toujours face. Nous arrivons au poste frontière de la Bolivie, au milieu de nulle part. Les formalités administratives se font rapidement mais Damien est obligé de donner un peu d’argent et de négocier car, en principe, nous devrions prendre un guide bolivien. Il nous explique qu’il y a une corruption très importante en Bolivie. La Bolivie compte 9 millions d’habitants sur une superficie de 2 fois la France. Les principales ressources sont, minières, touristiques mais le banditisme (vol et revente de voitures) est monnaie courante. Nous quittons Claudio qui redescend sur San Pedro et que nous retrouverons la semaine prochaine et faisons connaissance de Jaoul et Esteban, nos 2 chauffeurs boliviens. Nous chargeons les deux 4x4 et prenons une piste pendant environ 1/2h jusqu’à la laguna Blanca où nous allons dormir 2 nuits. Nous nous installons dans le refuge de la Laguna Blanca en faisant une chambre «trek du Licancabur» avec Michel, Florie, Patrick et moi tandis que nos 4 autres amis occupent la chambre «Grasse-Mat». En effet, le réveil est prévu à 2h45 pour nous. Damien nous prépare des pâtes que nous prenons vers 18h. Il y a beaucoup de vent, cela promet pour le trek de demain, mais il ne vaut mieux pas y penser. Florie discute avec un groupe de 4 savoyards qui a gravi le Licancabur le matin même; ils ont eu très froid et ils ont trouvé le trek difficile surtout la descente... Sur ce, nous allons préparer nos sacs et nous coucher en espérant dormir un peu...

Auteurs : Patrick et Corine Willemain