Agrandir le DIAPORAMA

Trek en Bolivie
Laguna Colorada, Salar d'Uyuni

De lagune en lagune, chacune différente!

Bolivie: Laguna Colorada, Siloli, laguna Honda, laguna Chiarkhota, laguna Hedionda, laguna Caniapa, San Juan

Vers 8h, nous partons en direction du Nord, sur un promontoire, pour admirer une dernière fois la laguna Colorada sous les couleurs du matin. Elle est beaucoup plus sombre, le rouge brique virant au grenat. laguna ColoradaDamien nous explique que c’est sous l’effet du vent et de la chaleur que la laguna Colorada devient rouge brique dans la journée. Ensuite, nous faisons un 2nd arrêt au désert de Siloli avec l’arbre de pierre puis allons voir des viscaches. Ces sortes de lapins mangent des fanes de légumes sur les rochers recouverts de la «llarata», plante qui pousse d’1mm/an et produit une résine servant de combustible. Nous apercevons au loin le volcan Aucanquilcha à 6176m qui est la plus haute mine de souffre. Nous passons à côté de la lagune de Ramoditas qui est devenu un salar en s’asséchant et qui se situe en face du salar d’Ascotan qui est le plus grand salar de borax. Nous arrivons à la laguna Honda à 4115m d’un beau bleu laiteux où nous nous arrêtons pour quelques photos. En s’approchant du bord de la laguna Honda, de nombreuses craquelures jaunes dégagent une odeur de soufre.

laguna Chiar Khota

Nous continuons vers la laguna Chiarkhota beaucoup plus sombre avec de nombreux flamants très proches. Nous arrivons à la magnifique laguna Hedionda avec ses milliers de flamants james et andins. Nous terminons par la laguna Caniapa où nous faisons la pause déjeuner. laguna HediondaCette succession de lagunes, hautes, andines et salines, propices aux flamants est de toute beauté. Ensuite, nous prenons l’autopiste vers le village de San Juan. Nous faisons un bref arrêt au niveau du volcan actif Ollagüe qui crache ses fumerolles. Nous nous dirigeons vers le salar de Chiguana, aussi important que le salar d’Atacama mais de forme allongée. Nous traversons la voie ferrée qui relie Antofagasta à Oruro en passant par Calama et Uyuni. Cette dernière a été construite en 1870 pour la mine de Pocoya riche en or et en argent. Actuellement, elle est utilisée pour la mine de San Cristobal riche en argent, zinc et plomb.

Bolivie San Juan

Nous arrivons vers 16h30 au petit village de San Juan à 3760m et nous nous installons dans un hôtel construit en briques de sel. Dans la pièce principale où nous allons manger, même les tables et tabourets sont en sel avec quelques jolies tapisseries colorées au mur, c’est très sympa. Nous retrouvons un groupe d’Atalante qui, eux terminent leur séjour de 15 jours. Une fois installés, nous allons faire un rapide tour de village de San Juan, assistons à la sortie de l’école puis au retour du troupeau de lama, accompagné par la bergère. Le vent se lève, je continue seule par une visite rapide de l’église et du cimetière de San Juan. Au dîner, nous mangeons du lama et du quinoa, produits locaux. C'est à cette occasion que nous apprenons que le quinoa n’est pas une céréale, mais une plante de la famille des épinards.


Le clou du spectacle: le Salar d'Uyuni

Bolivie: Salar d'Uyuni, île d’Incahuasi, Jirira

Nous partons salar d’Uyuni vers 9h15 en direction du salar de Tunupa, faussement appelé salar d’Uyuni, d’une superficie d’environ 9500km2. Nous longeons pendant une bonne heure les plantations de quinoa semé en septembre et récolté en avril, puis arrivons à l’entrée du salar d’Uyuni. C’est une immensité blanche à damiers plus ou moins réguliers. Nous roulons en direction du volcan Tunupa et de l’île aux 6000 cactus ou île d’Incahuasi. C’est le seul point de repère des chauffeurs. Nous descendons des véhicules pour continuer à pied sur le salar d’Uyuni. Nous marchons sur cette couche de sel pendant 5kms. Des vélos nous doublent, uu bout d’1h, nous arrivons à nos véhicules, les tables sont installées au milieu du salar, c’est féerique de prendre le repas dans un tel décor. Pour digérer, nous repartons à pied pour une heure sur le salar d’Uyuni. Nous avons beau marcher, l’île Incahuasi semble toujours aussi loin.

salar d’Uyuni

Nous faisons une série de photos amusantes sur le salar d’Uyuni en jouant sur l'effet de perspective (voiture soulevée d'une main, photo de groupe à l’intérieur d'un chapeau, d'une chaussure, sauts,…). Puis, nous repartons pour 1/2h de voiture jusqu’à l’île d’Incahuasi dont nous faisons le tour à pied pour admirer les cactus géants. Ces derniers poussent d’1cm/an, le plus haut fait 9m et a donc 900 ans, celui de 1200 ans est mort en 2007. IncahuasiAprès avoir pris les cactus de l’île d’Incahuasi sous tous les angles avec le volcan Tunupa en fond, nous reprenons les véhicules et rejoignons le village de Jirira. Nous logeons pour 2 nuits dans un superbe hôtel de sel tenu par une charmante dame. Après l’installation dans les chambres, nous repartons avec les chauffeurs pour voir le coucher de soleil sur le salar d’Uyuni. Ce dernier rosit lentement ainsi que le nuage qui le domine. De retour à l’hôtel, nous prenons une douche de tous les dangers étant donnée l’installation électrique. Tout le monde y survivra…


Belvédère du Tunupa

Bolivie: Tunupa, village de Jirira

Tunupa

A 7h30 que nous partons tous en direction du belvédère du Tunupa. Le ciel est voilé. Nous commençons par la piste que nous coupons rapidement. Après quelques pauses, nous apercevons 5 cairns énormes qui marquent le belvédère du Tunupa. Nous arrivons au sommet entre 11h et 11h30. Un grand bravo à Christine qui, à force de volonté, arrive en haut. Nous sommes à 4650m et avons monté environ 1000m. Au total, nous avons parcouru 14,5kms. La vue sur le cratère du Tunupa est magnifique, ce dernier est couleur arc en ciel, du rouge, du vert, du gris, du blanc,... nous pique-niquons là haut assez rapidement car le vent se lève et les nuages bourgeonnent de plus en plus. Jirira La vue sur le salar d’Uyuni est plus que grise. Après la photo de groupe, nous redescendons vers le village en moins de 2h. Deux femmes sont en train de trier le quinoa. Un thé sera le bienvenu avant la lessive, la douche et une petite ballade dans le village de Jirira. On s’assoupit quelque peu avant le repas prévu à 18h car demain, le p’tit déj est à 4h30.

Auteurs : Patrick et Corine Willemain