Agrandir le DIAPORAMA

Rando bivouac Ecrins - Champsaur
Lacs de Crupillouse, col de Parières

Jeudi 28 août

Vallée de Champoléon - Lacs de Crupillouse (+1500m , -150m)

La tente est détrempée par l’humidité de la nuit, car nous sommes au pied du torrent, mais c’est grand bleu au réveil. La vallée est tellement encaissée qu’elle ne devrait pas prendre le soleil avant 10h… nous n’allons donc pas attendre. Nous rejoignons le village en une vingtaine de minutes par un sentier peu fréquenté entre les herbes hautes et mouillons les bas de pantalon. En allant faire le plein d’eau, nous croisons une quinzaine de randonneurs qui se dirigent vers le départ du sentier des lacs de Crupillouse. Le panneau explicatif de la vallée de Champoléon rappelle que c’est la randonnée à ne pas manquer dans cette vallée: on le sait bien, c’est bien pour cela que l’on est là! Il est également indiqué le temps: 4h30 pour 1350m de montée, en avant!

Le sentier Lacs de Crupillousemonte doucement au démarrage et, au bout d’1/2h, nous rejoignons la limite ombre-soleil. Après un petit arrêt protection solaire et déshabillage, c’est reparti et là, les lacets s’enchaînent de façon régulière avec un traçage parfait. Nous doublons rapidement un couple, qui monte très lentement; ils ne sont pas arrivés, mais chacun son rythme! Le chemin se poursuit en traversée ce qui permet de reposer un peu les mollets avant de reprendre de bons lacets qui mènent au pied d’une belle cascade. Une pause photo et grignotage s’impose. Nous reprenons nos lacets, un coup à droite, un coup à gauche pour arriver en haut de la cascade que nous traversons. Au fur et à mesure de notre montée, nous voyons le serpentin des lacets que nous venons d’enchaîner. Les encas placés dans les poches ventrales de mon sac à dos permettent de faire face au «coup de pompe» et ainsi de poursuivre l’ascension. Une grande traversée à nouveau permet de souffler un peu, mais c’est long…

Nous devinons Lacs de Crupillouseenfin l’endroit où doit se trouver le 1er lac de Crupillouse, 300m au-dessus. Cela redonne du courage pour aller au bout. Il faut encore donner un coup de collier pour la grimpette finale qui débouche sur un énorme cairn derrière lequel se cache le premier lac à 2656m. Il nous a fallu 4h15 pauses comprises. Avec des sacs chargés, c’est pas mal du tout. C’est très minéral, mais un superbe emplacement de bivouac semble avoir été dégagé pour nous au pied de ce lac. Il est 12h30, nous avons bien mérité notre casse-croûte. Le groupe de Chorges que nous avons doublé dans la montée ne tarde pas à nous rejoindre, mais ils poursuivent vers le second lac de Crupillouse. Nous bullons jusque 15h en attendant que tout le monde redescende du second lac et du col du Veyre situés au-dessus pour y aller à notre tour. Nous laissons nos sacs sur l’emplacement de bivouac et c’est parti en direction du lac situé une cinquantaine de mètres plus haut. Ce lac aux formes très découpées est situé dans un écrin de roches, c’est magique.

Lacs de Crupillouse

Que de photos…nous poursuivons ensuite une centaine de mètres au-dessus pour avoir la vue sur le massif des Ecrins: la montagne des Bans est majestueuse, la barre des Ecrins se cache derrière les nuages. Sans parler de la vue imprenable sur les lacs inférieur et supérieur de Crupillouse. Que de photos à nouveau… Nous restons un moment à contempler ces joyaux de la nature. Lacs de CrupillouseEn redescendant vers l’extrémité du lac supérieur afin de repérer le sentier cairné qui mène au col de Parières, objectif de demain au lever du jour, nous tombons sur un bel emplacement de bivouac. Le cadre est plus sauvage que sur le lac inférieur; nous décidons donc de redescendre prendre nos sacs puis remonter pour bivouaquer sur cette belle place. Quand on aime, on ne compte pas les mètres et les kilos… Au total, nous avons monté environ 1500m et descendu 150m, nous devrions bien dormir…une fois notre tente montée, nous prenons un thé et remontons au petit col pour admirer le soleil couchant sur le massif et sur les lacs. C’est fabuleux! Nous assistons au passage à l’ombre de notre emplacement, il n’est que 18h tandis que le soleil continue à briller sur le col. Mais il faut bien se résoudre à redescendre pour préparer les soupes et les Bolino. Bien qu’étant à l’ombre, il ne fait pas froid du tout. Nous traînons jusque vers 20h30 et une fois allongés, nous entendons des bruits de pas dans les pierres autour de la tente. Ce doit être des chamois ou des bouquetins descendus boire dans le lac. J’entrouvre la tente, mais la pénombre m’empêche de voir quoi que ce soit.


Vendredi 29 août

Lacs de Crupillouse, Col de Parières

Lacs de Crupillouse

Après une mauvaise nuit pour moi, le réveil sonne à 6h30. Bien qu’il y ait eu 2 ou 3 petites averses dans la nuit, le ciel semble dégagé, mais il y a des traînées nuageuses. Nous prenons un petit café puis nous voilà partis vers 7h pour le col de Parières 250m au-dessus. C’est un véritable tas de cailloux où les cairns ne sont pas évidents à repérer et à suivre. Ceci dit, le terrain est plutôt tolérant et cela se grimpe sans difficulté. Le ciel s’éclaircit au fur et à mesure que le soleil pointe son nez. Les montagnes proches se teintent d’une couleur orangée et les traînées nuageuses rosissent ce qui n’est pas bon signe, mais que c’est beau! Les lacs de Crupillouse s’éclairent petit à petit, comme de petits miroirs. Un chamois nous nargue au-dessus puis un autre se dessine sur la crête. Après plusieurs pauses pour laisser la montagne se réveiller, nous arrivons au col de Pariéres. Il est 8h15. Il y a une vue grandiose sur le Sirac, mais le ciel s’obscurcit très vite. Je pousse Patrick à redescendre, car la journée sera longue...

Auteurs : Patrick et Corine Willemain