Agrandir le DIAPORAMA

Rando à Majorque
Palma de Majorque, Cala Pi

Flaner à Palma de Majorque

Palma: le Passeig, les anciens moulins à vent, la cathédrale, le Palau de l’Almudaina

Notre départ pour Minorque était fixé en fin d'après-midi et nous avons donc profité de la matinée pour visiter Palma de Majorque. Palma est la capitale des Baléares depuis 1983 et elle concentre presque la moitié de la population de Majorque. Palma de MajorqueDe bon matin, nous commençons par descendre sur le Passeig maritime qui longe l’énorme port de Palma, puis nous poursuivons par le quartier des moulins qui surplombe le port. C’est très surprenant de voir ces 3 ou 4 moulins en plein coeur de Palma. Ce quartier très pittoresque nous amène par des ruelles pavées vers la cathédrale gothique, le monument de Palma de Majorque. Elle est impressionnante de par sa taille et son indiscutable beauté.

Face Palma de Majorqueà la cathédrale, nous découvrons le Palau de l’Almudaina, ancienne forteresse musulmane, qui fut transformée à la fin du XIIIe en résidence destinée aux rois de Majorque. Le roi d’Espagne réside encore aujourd’hui symboliquement dans ce palais. Nous flânons ensuite dans la Parc de la Mar afin de prendre du recul pour admirer la cathédrale et le palais. Que de monde, que de monde, mais cela vaut le coup. Au bout de ce parc nous allons nous perdre dans les ruelles du vieux Palma pour découvrir de nombreuses églises baroques, des palais, des cours de demeures seigneuriales ainsi que des patios secrets.


Une randonnée sauvage

Parc naturel du Llevant: S’Alqueria Vella, Puig de sa Tudossa, Sa Font Celada, Coll des Verger

Sa Font Celada

A notre retour de Minorque, nous reprenons notre travail interrompu: le top 10 des randonnées de Majorque! et nous choisissons la 52: de S’Alqueria Vella à travers le Parc naturel du Llevant. C’est une boucle panoramique dans l’est de Majorque avec une opportunité de baignade, eh oui pourquoi ne pas joindre le sublime à l’agréable! Nous voilà partis pour une bonne vingtaine de kilomètres avec 745m de dénivelé et 6h de marche. Au départ du parking, il y a de nombreuses possibilités de rando. Nous prenons la direction du Puig de sa Tudossa par une petite route sinueuse qui grimpe bien. Il fait déjà chaud.

La Parc naturel du Llevantvégétation change par rapport aux randos précédentes, il y a de nombreux palmiers nains ainsi que des pins d’Alep. Après cette 1ère grimpette, nous redescendons légèrement jusqu’à un sentier que nous allons prendre à gauche. Nous remontons de plus belle jusqu’à une petite route, elle aussi bien pentue pour atteindre le Puig de sa Tudossa. Depuis le sommet, nous avons un panorama extraordinaire sur les grandes baies arrondies d’Alcudia et Pollença. De l’autre côté se dessine la silhouette de la Tramuntana. Nous revenons sur nos pas pour emprunter la piste à gauche. Nous apercevons la tour de guet sur la Talaia Moreia mais nous n’aurons pas le temps d’y aller (il s’agit de la rando 51 dont le but est d’aller à cette tour en A/R). Nous sommes partis pour une longue descente jusqu’à la plage. La vue sur la côte est merveilleusement belle, en plus des palmiers nains, des bosquets de bruyère donnent une belle touche de couleur rose. Bientôt, nous repérons 2 pins qui seront parfaits pour la pause pique-nique, un peu d’ombre et une vue plongeante sur cette côte découpée. Rassasiés, nous reprenons notre descente sous le Penya Roja jusqu’à l’étendue de sable clair de la Platja de sa Font Celada.

Sa Font Celada

Nous nous accordons 1h de pause pour profiter de la baignade. Contrairement aux autres plages plutôt calmes, ici, nous sommes un peu secoués par les vagues. Après ce repos, nous quittons Sa Font Celada et nous reprenons le sentier côtier avant de rentrer à l’intérieur des terres. Nous atteignons le cœur d’une vallée où foisonnent des oliviers et des palmiers nains, d’ailleurs pas si nains que cela! Le chemin traverse plusieurs fois le lit asséché d’un cours d’eau. Après une ascension raide (à moins que ce ne soit nos jambes qui soient raides au fil des kilomètres), nous arrivons à la ferme abandonnée d’Es Verger. Encore un p’tit effort et nous sommes au Coll des Verger. Depuis ce col dominé par le Puig des Castellot, il nous faut une bonne vingtaine de minutes pour rejoindre le parking du départ. Quelle belle randonnée sauvage!

Le lendemain nous prévoyions la 7e rando du top 10: Massanella. Au programme, 17km, 1100m de dénivelée et 6h30 de marche. Et nous voilà donc partis vers le monastère de Lluc, point de départ de cette entreprise d’envergure. En route, désagréable surprise, il se met à pleuvoir mais cela ne va pas durer, pensons-nous. De toute façon, la pluie n’arrête pas le pèlerin!!! Arrivés sur le parking, la pluie redouble d’intensité. Nous attendons donc dans la voiture et un quart d’heure plus tard, nous reprenons espoir car un semblant d’éclaircie se dessine, et puis patatras, un coup de tonnerre suivi d’un éclair… En consultant le bouquin, je repère une balade plus courte autour du Monastère de Lluc (circuit 30). Patrick n’est pas très chaud, mais j’arrive à le convaincre. Nous voilà partis, cela gronde au loin... cela se rapproche, et puis la pluie reprend pour de bon. Nous rentrons au pas de course à la voiture, bien trempés… Il y a des jours où il vaudrait mieux rester couchés!


Promenade en rouge et turquoise!

Cala Pi, Cala Beltran, Cap Blanc

Cala Pi

Pour notre dernière journée de marche, Patrick privilégie une rando côtière avec baignade. J’avais repéré, lors de la préparation du voyage le circuit 60: au sud de Majorque, de Cala Pi au Cap Blanc, 12km et un dénivelé insignifiant. Le guide parle de côte fjordienne, de l’une des plus belles randos côtières de Majorque, du Cap Blanc qui doit son nom aux imposantes couches de calcaire blanches de plusieurs mètres dans une côte escarpée. Bref nous sommes alléchés! A cala Pi, au niveau d’un grand club de vacances, un sentier en escalier descend jusqu’à la plage, qui effectivement se trouve au fond d’un fjord étroit menant à la mer. Le plagiste installe ses parasols, quelques accros sont déjà allongés sur le sable…

Nous Cala Pipassons derrière le hangar à bateau par quelques marches suivies d’un sentier rocheux qui nous permet de remonter jusqu’au bord de la falaise. Le fjord s’étend maintenant à nos pieds dans toute sa beauté, quelques voiliers y ont passé la nuit bien à l’abri. De l’autre côté, nous voyons la tour de guet qui trône dans un endroit exposé et, au loin, se dessine la silhouette de Cabrera, la petite sœur de Majorque. Le sentier s’étire d’abord en bordure de falaise avant de déboucher sur un chemin transversal plus large qui nous fait faire le tour de la Cala Beltran. Cala PiC’est un autre fjord aux eaux turquoise, plus petit, de toute beauté, mais peu accessible. Une fois à la Punta de Capocorp, le sentier disparaît sur le plateau côtier rocheux, mais même sans chemin, la marche sur les larges vires rocheuses est très agréable. Au contraire, il ne faut surtout pas hésiter à descendre au plus proche de la falaise, vers les roches rouges, il n’y a aucun risque, c’est très large. Cala PiNous découvrons ainsi des rochers en dentelle, des sortes de grottes, le tout dans une couleur rosée, un pur régal pour la photographie. Nous allons le plus loin possible jusqu’à ne plus pouvoir continuer, car la falaise descend alors à pic. De là, nous remontons un à un les gradins jusqu’au plateau côtier. Nous continuons sur le bord supérieur, la tour de guet du Cap Blanc est encore loin. Des cairns nous conduisent à un abri en pierre de forme circulaire, une cadole. Nous continuons jusqu’à une ancienne zone militaire qui nous mène à la tour de guet. Nous pique-niquons contre le mur de l’ancien phare et au retour, nous montons par l’échelle en haut de la tour de guet pour dominer le paysage.

Nous revenons sur nos pas jusqu’à la belle crique Cala Beltran aperçue le matin. Deux personnes s’y baignent, il est donc possible d’y descendre! En cherchant un peu, nous repérons en effet un petit sentier qui nous y mène. Les personnes parties, nous nous retrouvons seuls dans cette crique de rêve, au fond du fjord. Nous ne pouvons bien sûr pas résister à la baignade dans cette eau turquoise et rafraîchissante. Que du bonheur!!! Cette rando ne fait pas partie du top 10, mais elle le mériterait. Il nous faut maintenant penser à revenir sur Palma. Une soirée paella nous attend dans un restaurant situé de l’autre côté de la baie de Palma.

Voilà notre voyage dans les îles Baléares de Majorque et de Minorque s'achève. Ce fut un peu difficile de quitter si bel endroit et si bonne compagnie. Eh oui, comme dit le poète, partir c'est mourir un peu... Comme je ne veux pas terminer sur une note nostalgique, je m'empresse d'ajouter... mais le devenir est d'y revenir!!!

Auteurs : Patrick et Corine Willemain